Browse By

A force de chercher, on court après son lucre, un GPS pour le transport du bois

Chercher les dépôts de bois coûte des millions, 1 solution : un GPS pour le transport du bois

De nombreux usagers de la route font aujourd’hui appel à un système GPS pour atteindre rapidement leur but. Ce copilote électronique pourrait également se montrer très utile pour le transport du bois. D’après certains modèles, il permettrait de réaliser des économies de l’ordre de plusieurs millions. L’Allemagne a développé des systèmes qui pourraient être testés en Suisse et adaptés aux conditions locales.

Le transport des grumes est un des secteurs de la filière forêt-bois qui présente encore des possibilités de rationalisation. Il s’agit en particulier de réduire la durée des trajets entre le réseau routier public et les dépôts de bois en bordure de route forestière. Le temps perdu par les transporteurs à localiser l’emplacement des dépôts, et la consommation supplémentaire de carburant qui s’ensuit occasionnent des coûts inutiles et des dommages additionnels à l’environnement et au réseau de desserte. Des systèmes de guidage par GPS, similaires à ceux que l’on connaît sur le réseau routier, pourraient améliorer considérablement cette situation.

transport-bois2

Chercher les dépôts de bois coûte des millions

Par comparaison avec les pays voisins, la différence entre le produit de la vente du bois et le prix du bois livré scierie (récolte, transport et frais généraux, par exemple gestion de l’entreprise forestière, administration) est plus importante en Suisse. Bien que les prix du bois livré scierie figurent parmi les plus élevés en Europe, les prix payés aux propriétaires forestiers suisses sont parmi les plus bas.

Ceci tient entre autres aux frais de transport plus élevés en Suisse que dans les pays voisins1. En 2009, les grumiers ont transporté environ 5 millions de stères pour un coût total d’environ 60 millions de francs2. Or le trajet d’un grumier entre une voie du réseau public et un dépôt de bois représente en moyenne 31% du temps passé en forêt, contre 9% pour ce trajet en sens inverse.

Les longs trajets aller s’expliquent peut-être en partie par le fait que les transporteurs doivent parfois longuement chercher les dépôts de bois parce que ceux-ci sont généralement difficiles à localiser. La présence du propriétaire ou du chef d’arrondissement est souvent nécessaire pour guider le conducteur. Une enquête auprès des entreprises de transport a montré que les distances parcourues pourraient être réduites de 2 à 5% en évitant les kilomètres consacrés à rechercher les dépôts de bois5. Sur la base des coûts de transport énoncés plus haut, ceci représenterait une économie annuelle pouvant atteindre 3 millions de francs.

transport-bois1

Répartition des tâches d’un transporteur proportionnellement au temps passé en forêt.

Une solution qui a fait ses preuves en Allemagne

Une condition essentielle à la création d’un système de guidage est la disponibilité de données au sujet des routes forestières accessibles aux poids lourds ainsi que sur leurs caractéristiques telles que leur aptitude porteuse, la largeur des chaussées, le rayon de courbe des virages, la pente, la présence de passages rétrécis, de ponts et de places de manœuvre. En Allemagne, l’organisation non-gouvernementale NavLog GmbH s’est donc constitutée avec pour principal objectif la saisie des voies de desserte forestière selon les standards GEODAT. Ce standard classe les routes forestières selon leur aptitude porteuse et définit leurs caractéristiques spécifiques. Elles peuvent alors être représentées graphiquement dans un fichier vectoriel navigable appelé ShapeForst.

La saisie des données en forêt est du ressort des entreprises forestières. En contrepartie, NavLog leur remet gratuitement un fichier contenant leurs données après les avoir numérisées et contrôlées. Elle leur donne également accès à un système d’information géographique (SIG) avec lequel les entreprises peuvent saisir et actualiser les données concernant les voies de desserte forestière6. Par exemple, l’accès à une route forestière peut être interdit virtuellement lors de chantiers de coupe.

Le fichier ShapeForst représente le fonds de données du logiciel de guidage hors-route ALFONS (en allemand: Adaptatives Logistisches Fraunhofer Offroad-Navigationssystem = système Fraunhofer de guidage adaptable et logistique pour la conduite hors route) développé par l’Institut Fraunhofer pour la gestion et l’automatisation en usine (IFF) à Magdeburg. ALFONS est conçu en complément des logiciels commerciaux « classiques » de guidage utilisés sur le réseau routier public. Le passage d’un système à l’autre se fait grâce à des « points de connexion », c’est-à-dire les embranchements des voies publiques en lisière de forêt. Ces embranchements sont définis dans ShapeForst (Fig. 3)7.

Cette approche associant les systèmes commerciaux de guidage sur route et un logiciel spécialisé pour la desserte forestière remporte actuellement un grand succès auprès des forestiers allemands. Les données relatives aux voies forestières peuvent être gérées indépendamment de celles du réseau public. Ceci est un grand avantage, car il permet d’éviter les frais élevés de développement et d’équipement liés aux mises à jour des données (par exemple lors de modification du réseau routier public)8. Par ailleurs, ShapeForst est protégé contre le danger d’utilisation commerciale frauduleuse par des fournisseurs privés puisque la protection des données est du ressort des propriétaires forestiers.

En guise de « destination » dans ALFONS, le transporteur peut par exemple entrer les coordonnées géographiques du dépôt de bois en forêt. Depuis l’introduction de systèmes pour la gestion logistique de dépôts de bois par les forestiers (par exemple IFIS POLVER, WinforstPro net.logistik), ces coordonnées sont presque toujours relevées par les chefs de triage. La position du véhicule étant déterminée par GPS, le système de guidage calcule le trajet le plus efficace jusqu’au dépôt de bois. Sur route, le transporteur est guidé par son logiciel commercial. Dès le point de connexion, ALFONS prend automatiquement le relais jusqu’au dépôt.

transport-bois3

Le lien entre le logiciel de guidage hors-route ALFONS et un logiciel « classique » de guidage se fait grâce à des « points de connexion ».

Le lien entre le logiciel de guidage hors-route ALFONS et un logiciel « classique » de guidage se fait grâce à des « points de connexion ».

Quelles applications pratiques pour un GPS forestier?

Les futures applications qu’offrent des systèmes de guidage en forêt concernent surtout la logistique de la filière forêt-bois. Des entreprises forestières pourraient par exemple réduire le temps nécessaire pour guider les transporteurs vers les dépôts, et donc économiser des frais de personnel. Une réduction du nombre de kilomètres parcourus par les camions ferait par ailleurs baisser les coûts liés à l’entretien des voies forestières. En outre, ShapeForst permettrait aux entreprises d’optimiser la gestion des volumes de bois ronds et celle des commandes et des chargements. Ceci se traduirait par une meilleure gestion des dépôts de bois car les volumes de bois peuvent s’adapter avec souplesse à la demande.

Pour les transporteurs et les professionnels de l’industrie du bois, ces systèmes présentent l’avantage d’optimiser les itinéraires puisqu’ils sélectionnent les plus courtes distances entre le dépôt et la scierie, et réduisent donc les temps de trajet. Par ailleurs, ils réduisent le nombre de trajets à vide grâce à une gestion efficace de la flotte et des trajets retour.

Un autre domaine d’application très prometteur est celui, très orienté clients, de la chaîne logistique de la biomasse forestière (tailor-made wood supply). Avec l’essor du bois-énergie, les fournisseurs devront fréquemment livrer de faibles quantités de bois en provenance de différents dépôts, et tout en limitant leurs frais. Ceci exige des processus bien organisés et exécutés efficacement, et qui peuvent être largement facilités par un système automatique de navigation.

Il est également tout à fait envisageable que les services de secours ou les sapeurs-pompiers puissent profiter de ces systèmes. Enfin les GPS forestiers peuvent contribuer à la protection de zones sensibles ou d’une grande valeur écologique, dans la mesure où ils permettent d’en interdire l’accès aux transporteurs et de rediriger ceux-ci de manière ciblée.

Des possibilités en Suisse

Les approches testées en Allemagne pourraient également être applicables à la Suisse. Les questions suivantes devraient toutefois être examinées au préalable:

– Combien coûterait la saisie des données relatives aux routes forestières? Pour être opérationnel, un système de guidage exige que toutes les routes forestières soient saisies et classifiées de manière détaillée selon les conventions définies par GEODAT, y compris les caractéristiques propres à la circulation de poids lourds. Des lacunes dans le réseau de desserte forestière ou des routes indiquées de manière erronées comme étant accessibles aux poids lourds entraînent des erreurs dans le guidage automatique, ce qui peut envoyer un grumier dans une impasse ou un tronçon impraticable.

– Quelles données déjà collectées par l’Inventaire forestier national (IFN) ou par les cantons pourraient-elles être intégrées selon les conventions GEODAT? L’IFN dispose d’un important fonds de données concernant les routes forestières accessibles aux poids lourds dans toute la Suisse. En outre, la plupart des cantons ont déjà saisi les données pour leurs réseaux de desserte forestière. Pour limiter au maximum les saisies inutiles, il serait donc important de vérifier quelles informations pourraient être réutilisées.

– Les avantages de ces systèmes sont-ils proportionnels avec leur utilité? Pour estimer le potentiel effectif de rationalisation que représenterait un système de guidage, il est indispensable que ce système soit testé et évalué par plusieurs transporteurs. Comme un tel système repose sur l’utilisation des coordonnées géographiques des dépôts de bois, il serait tout à fait envisageable de le coupler directement avec un système de gestion des dépôts (IFIS POLVER, Winforst- Pro net.logistik). La faisabilité technique d’un tel couplage n’a pas encore été étudiée.

– Quelles formes de licence et de commercialisation seraient-elles réalistes? L’objectif devrait être de développer un concept à long terme pour la mise à disposition de données géo-référencées et de solutions de guidage, qui tienne compte de toutes les parties prenantes (forestiers, transporteurs, organisations de commercialisation du bois ainsi que Navlog GmbH et l’IFF). Ce concept devrait impérativement déterminer les modalités de saisie et d’actualisation des données, leur commercialisation et l’aide aux usagers.

Pour répondre à ces questions, l’Institut fédéral de recherches WSL envisage de lancer un projet pilote qui permettrait de tester le système de guidage dans une région de Suisse.

transport-bois4

Copies d’écran illustrant le fonctionnement du GPS forestier ALFONS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »