Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

Habitat

Présentation

  • : Le blog de habitat-durable
  • : A travers le cadran de notre société, l'abondance de l'actualité inonde notre quotidien, l'enjeu, le défi qui nous sont proposés nous amènent à porter une réelle réflexion sur la conséquence de nos actions, mais pour quel enjeu, et quel défi ?..
  • Contact

Recherche

zview.fr

ZVIEW

 

zview.fr

 

Articles Récents

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 07:54

SurisolationDans le cadre de rénovation d’une ITE, Isolation Thermique par l’Extérieure

Après présenté dernièrement, « L’ITE, Isolation Thermique par l’Exterieure, l’enjeu est de taille », l’article de ce jour fait part des complexes de surisolation thermique du type enduit mince sur isolant PSE.

Alors que les procédés d'isolation thermique par l'extérieur du type enduit mince vont prendre une importance grandissante en raison d’une réglementation thermique visant à assurer une amélioration significative de la performance énergétique d'un bâtiment existant lorsque des travaux susceptibles d'apporter une telle amélioration sont entrepris.

Malgré les premières réglementations thermiques nées du premier choc pétrolier de 1974, le secteur du bâtiment résidentiel et tertiaire représente encore aujourd'hui 25% des émissions de CO2 (100 millions de tonnes par an) et 46% des consommations d’énergie françaises contre 28% pour l'industrie et 24% pour les transports.

De part l'importance du parc résidentiel construit avant 1974, il est apparu nécessaire de développer une politique de rénovation concernant ces bâtiments reconnus comme fortement énergivores.

Ainsi, l’ITE se positionne comme une technique permettant d’atteindre aisément les exigences requises pour la prochaine réglementation thermique, sans recours à des équipements spécifiques comme les rupteurs de ponts thermiques.

De nombreuses réalisations ont été entreprises depuis plus de vingt ans, une rénovation s’impose pour réparer les désordres qui affectent l’ITE. Comme tous les revêtements de façades exposés aux sollicitations climatiques et humaines, ils subissent le poids des années et nécessitent des travaux d'entretien / rénovation.

Les techniques utilisées pour ces travaux doivent être parfaitement adaptées afin de ne pas apporter de modifications notoires aux caractéristiques fonctionnelles de la paroi et de pouvoir supporter les contraintes atmosphériques répétées.

Les systèmes d'isolation thermique par l'extérieur (anciennement appelés SITE, et rebaptisés ETICS (External Thermal Insulation Composite System) pour être en cohérence avec la pratique européenne) sont constitués de panneaux isolants en polystyrène recouverts d'un sous-enduit mince armé revêtu d'un RPE (revêtement plastique épais). Ce complexe est collé ou calé/chevillé ou fixé sur la paroi et assure l'isolation thermique, l'étanchéité et l'esthétique d'ensemble.

Des désordres plus nombreux se produisent lors de la rénovation des ETICS réalisés dans les années 80.
Lorsque les maîtres d'ouvrage engagent des travaux de rénovation (désordres anciens non réparés, voire encrassement dans le temps du RPE), des désordres dits de « 2e génération» peuvent apparaître :

- Condensation et développement de moisissures ;

- Décollement soudain de l'isolant du mur ;

- Arrachage du RPE d'origine ;

- Apparition de fissures nouvelles coupant le film réalisé dans le cadre de l'entretien ou des réparations.

Surisolation1

Le diagnostic des désordres montrent plusieurs points, fissurations rectilignes (au droit de la jonction entre panneaux d'isolants), pelages, écaillages, cloquages du revêtement, bombements ou tuilages des plaques en constituent les signes visibles de dégradation. Dans un premier temps limités à des problèmes d'aspect, ces désordres peuvent évoluer dans le temps en allant jusqu'à mettre en cause les capacités caractéristiques d'isolation et d'étanchéité des façades.

Les désordres résultent le plus souvent de facteurs concomitants. Ils sont plus significatifs sur les façades exposées aux chocs thermiques ou aux vents.

Les Fissurations, bombements et tuilages résultent principalement des variations dimensionnelles des panneaux, en relation avec l'insuffisance d'épaisseur du sous-enduit, un défaut de positionnement de l'armature, ou une mauvaise utilisation de la colle.

Les pelages, écaillages, cloquages du RPE sont souvent révélateurs de l'absence de la couche d'impression assurant la parfaite adhérence du RPE sur le sous-enduit armé. Ils peuvent aussi être la résultante des désordres évoqués ci-dessus, par le biais d'infiltrations d'eau à l'arrière du RPE dû au mauvais entretien des couvertines.

Les décollements ou arrachements massifs des plaques révèlent la non-prise en compte des pressions/dépressions exercées par les vents sur les façades.

Les problèmes d'aspect comme fantômes de joints de panneaux : bien que rares, ces désordres sont liés à la migration préférentielle de la vapeur d'eau intérieure au droit des joints de panneaux non encollés sur chants. 

Salissures d'origine biologique (développement de micro-organismes favorisé par les facteurs climatiques) et/ou chimiques (dépôt de particules en suspension dans l'air).

Surisolation2

Les désordres de 2ème generation.

Les RPE appliqués en finition sur l'ETICS en place conservent dans le temps une porosité à la vapeur d'eau suffisante au point que les risques de condensation, soit dans la masse de l'iso­lant, soit à la surface intérieure des parois de la façade, restent faibles. À l'occasion d'opérations de rénovation, le RPE va être recouvert. La perméa­bilité à la vapeur d'eau de la façade va s'en trouver modifiée.

Si le film de peinture ou le revêtement venant recouvrir la façade n'est pas suffisamment microporeux, condensation et moisissures sont susceptibles de se développer.

La vigilance s'impose, notamment si le bâtiment est mal ventilé et situé en zone de montagne. Le différentiel de teneur en eau entre l'extérieur du bâtiment et l'intérieur y est plus important.

Pour les fissures nouvelles, en rénovation, l'application sur support fissuré d'un film mince en entretien peut conduire à des déboires. Ce film peut en effet ne pas résister aux mouvements discrets de son support. Cette pathologie va apparaître lorsque l'ETICS à rénover sera affecté de fissures franches, par exemple des fissures coupant le sous-enduit au droit des jonctions entre les panneaux isolants.
Le film appliqué en rénovation va se fissurer s'il n'a pas été formulé pour résister à la dilatation et au retrait thermique de l'isolant.

Les fissures correspondantes peuvent avoir une certaine ampleur, notamment si les panneaux posés à l'origine sont de grande surface ou « instables ».

L’arrachage du RPE d'origine, toujours en rénovation, la mise en œuvre d'un film susceptible d'exercer des tractions sur les couches d'origine, peut engen­drer des décollements de l'ensemble (anciennes et nouvelles couches).

Pour le décollement de l'isolant, les panneaux isolants d'origine peuvent avoir été simplement collés au support ou fixés mécaniquement.

Surisolation4

Dans la première situation, un décollement peut se produire à tout moment, y compris hors le délai de garantie décennale.

En effet, la façade est sollicitée lors des intempéries. Le vent exerce des efforts de pression-dépression qui, à la longue, peuvent altérer le collage des panneaux.

Il convient donc de vérifier et d'apprécier :

- la tenue de l'isolant sur le mur ;

- l'état de dégradation du système (fissuration, adhérence du RPE et du sous-enduit, etc.) ;

- la compatibilité du film mis en œuvre dans le cadre des travaux avec l'état de la façade.

Concernant les désordres en partie basse, qu'il s'agisse de travaux neufs ou de rénovation, les ETICS sont soumis occasionnellement à des chocs en partie basse de nature à les détériorer.

L'absence de référentiel à caractère général et la survenance de pathologie ont conduit la rédaction des règles professionnelles pour l'entretien et la rénovation des systèmes d'isolation thermique extérieure.
Il s'agit des règles professionnelles ETICS, révisées en 2010 et acceptées par la C2P.
Ces règles permettent d'apprécier l'état de dégradation de l'ETICS. Le diagnostic est constitué d'une reconnaissance préalable, effectuée pour chaque pan de façade à traiter, qui comprend plusieurs étapes :

- le contrôle de l'humidité de l'isolant ;

- la vérification de la liaison isolant/ support ;

- la mesure de l'adhérence de l'enduit à l'isolant ;

- l'appréciation de l'ouverture des fissures.

Elle passe par un examen visuel et des essais en laboratoire.

La procédure, décrite avec précision dans les règles, est allégée pour les constructions de type R+0 et R+1 dont la surface reste inférieure à 250 m2.

Suivant l'état de l'ETICS, l'entrepreneur sera conduit à réaliser un entretien simple ou une rénovation plus élaborée. Dans les situations les plus défavorables des techniques lourdes sont retenues :

- pelage, soit la mise à nu de l'isolant ;

- bardage/vêtage, sur l'ITE en place.

Nota : la technique consistant à peler le sous-enduit reste assez délicate et imprévisible si des essais préalables ne sont pas effectués.

En effet, le pelage, soit l'arrachage du sous-enduit, altère la peau de l'isolant. Sa surface devra être poncée avant l'application du nouveau sous-enduit. Si la peau de l'isolant manque de cohésion, ce support va souffrir du pelage. Ce sera d'autant plus le cas avec les polystyrènes tranchés à la fabrication.
Dans les cas extrêmes, la réfection de l'ETICS pourra être retenue.

D'autres techniques existent, elles conduisent à surisoler la façade ou à appliquer sur le RPE un support pouvant recevoir un nouveau sous-enduit et un RPE. Ces solutions sont visées par des Avis Techniques du CSTB.

Surisolation3

Un ensemble de solutions permette d'adapter exactement la nature des travaux au type et à l'importance des désordres pour l'obtention d'une bonne garantie de résultats.

Il peut s'agir de :

- travaux d'entretien pour les parements présentant de simples défauts d'aspect.

- travaux de rénovation permettant de remédier à des désordres mineurs du parement (fissuration localisée).

- travaux de réfection lorsque l'état de dégradation de l'isolation en place est avancé et ne permet plus sa rénovation par un système classique de revêtement.

Toutes ces techniques évaluées dans les années 90 par le CSTB et Bureau VERITAS ont fait l'objet de nombreuses réalisations de chantier.

Complémentairement à ces techniques d'entretien / rénovation ZOLPAN a développé et validé avec le CSTB un procédé original de surisolation thermique, rapide, efficace et durable consistant à rapporter une nouvelle isolation sur l'isolation en place sans avoir à la démonter.

Ce nouveau procédé dénommé Armaterm Surizol est destiné à rénover et/ou compléter toute ancienne isolation adhérente au support du type enduit mince ou épais sur isolant.

Le principe :

Procédé de surisolation thermique de constructions déjà isolées par l'extérieur pour les rénover et/ou leur permettre de satisfaire aux nouvelles exigences thermiques. L'isolation existante (ETICS 1) est du type enduit (mince ou épais) sur isolant PSE L'isolation rapportée (ETICS 2) est du type enduit mince sur isolant PSE blanc ou gris (haute performance thermique pour le PSE gris).

Ce type de procédé est applicable en surisolation d'un système isolant en place du type enduit mince ou épais sur isolant plastique alvéolaire (PSE, XPS, polyuréthane,…) fixé au support par tous systèmes de fixation de l’isolant confondus (collé, calé/chevillé ou profilés)

La réfection concerne les surfaces verticales et assimilées. Elle vise aussi bien les ETICS n’ayant jamais fait l’objet de rénovation que les ETICS ayant déjà été entretenus ou rénovés par un revêtement de peinture.

La surisolation ne peut être envisagée que sur une isolation en place ne présentant aucun problème de tenue au support (décollement ou arrachement des fixations mécaniques).

Le sous enduit armé et la finition de l'isolation en place peuvent présenter des dégradations de surface plus ou moins importantes du type enfoncements locaux, tuilage des panneaux d’isolant, décollement / fissuration au droit des joints de panneaux avec ou sans rupture de l’armature, finition écaillée, soufflée ou friable, pulvérulences, taches diverses, graffiti,

La préservation de l'environnement est désormais un enjeu majeur dans le domaine du bâtiment.

Le procédé de surisolation figure au rang des solutions performantes d'isolation thermique permettant de réduire considérablement les besoins en chauffage des habitations et par là-même de réduire également la génération de gaz à effet de serre.

En termes de bilan environnemental il est couramment admis qu'un tel procédé permet de réaliser pendant sa durée de vie moyenne (DVT*: 47/50 ans) des économies d'énergie 100 fois plus importantes que l'énergie dépensée pour la production des principaux composants du procédé (isolant, sous enduit et finition).

Surisolation5

Partager cet article

Published by Lucvieri - dans Isolation
commenter cet article

commentaires

Create a free blog on OverBlog.com! - Contact - Terms -