Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

Habitat

Présentation

  • : Le blog de habitat-durable
  • : A travers le cadran de notre société, l'abondance de l'actualité inonde notre quotidien, l'enjeu, le défi qui nous sont proposés nous amènent à porter une réelle réflexion sur la conséquence de nos actions, mais pour quel enjeu, et quel défi ?..
  • Contact

Recherche

zview.fr

ZVIEW

 

zview.fr

 

Articles Récents

23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:07

Dervallières NantesUne nouvelle entité pour la ZUP des Dervallières à Nantes.

Sur le site des Dervallières, à Nantes, première ZUP de la ville construite à partir de la fin des années 50, un nouveau panorama urbain va se dessiner sur le Vallon des Dervallières.

Diverses réhabilitations ont été entreprises depuis 1990 pour redonner une nouvelle configuration plus accessible et pour une meilleure qualité de vie à ce territoire urbain de 100 hectares qui constitue le premier grand ensemble Nantais. Bâti sur une ancienne propriété du Comte de la Brosse acquise en 1952 par la ville à la recherche de terrain pour reloger les familles après la deuxième guerre mondiale.

Une conception de Marcel Favraud, architecte parisien et une réalisation confiée aux architectes nantais réunis au sein de l’atelier des Dervallières (Ferré, Evano Liberge, Boquien et Sortais).

« Le parti a été adopté en fonction de l’orientation, de la vue, de la configuration du terrain et des espaces verts.

a) l’orientation – il s’agissait avant tout d’éviter les vents dominants d’ouest [...]. L’orientation choisie est sensiblement sud-est.

b) la vue - Les larges horizons sur la vallée de la Chézine et au loin, sur la vallée de la Loire, correspondent à l’orientation sud-est envisagée.

c) la configuration du terrain impose de situer les immeubles dans la partie haute et sur la pente perpendiculairement aux courbes de niveau, la partie basse étant constituée de mauvais sol.

d) les espaces verts – Le souci majeur a résidé dans le maintien et la sauvegarde du milieu naturel et des arbres magnifiques en pleine maturité. L’implantation des bâtiments a été étudiée en vue d’incorporer les constructions dans ce cadre exceptionnel sans nuire à la beauté du site...

Inspiré des préceptes de l’architecture moderne, les bâtiments des Dervallières suivent une continuité architecturale de la partie haute des immeubles, opposée à la partie basse de ceux-ci qui épousent librement les mouvements du sol...

L’immeuble «tour» forme la tête de la composition. L’unité comprend en outre des services communs : centre social..., deux centres commerciaux..., deux groupes scolaires..., des galeries et jardins d’enfants, des garages sur les voies de desserte, des espaces libres et des terrains de jeux »

Imaginé comme une nouvelle entité urbaine, ce projet répondait au besoin urgent de logement après la Seconde Guerre Mondiale.

Le quartier connaitra ensuite plusieurs mutations pour répondre aux besoins des nouveaux habitants.

La volonté de redonner une âme nouvelle à ce territoire pour améliorer le cadre de vie s’est traduite par une restructuration des bâtiments, par de nouveaux équipements et services (création du pôle sciences et environnement), la mise en valeur des paysages naturels, la création des jardins d’usage et de la vallée verte, destinée à constituer un lieu d’échanges et de convivialité.

La construction architecturale se dessinera par la réalisation de petits immeubles résidentiels posés sur des espaces paysagers de parcs et de jardins. Ainsi, suite à la déconstruction de 313 logements, c’est près de 380 nouveaux logements qui seront construits d’ici 2013.

Après avoir entrepris la réhabilitation du cœur de quartier, un programme de démolition de 140 logements, le projet s’est axé sur l’ouverture du site sur la ville.

En 1992 une étude de recomposition urbaine prévoyait :

- La disparition des «immeubles porches» qui a permis de créer un espace dégagé autour de la rue Roger et d’ouvrir le centre commercial vers le boulevard Ingres, l’une des voies les plus fréquentées de ce quartier,

- La création d’un grand escalier, longé de jeux pour enfants, descend en pente douce vers le parc et son lac,

- L’introduction d’un voie nouvelle structurante et fédératrice,

- La réhabilitation et/ou la restructuration d’un certain nombres d’immeubles.

Le second terrain d’action a été la réorganisation du centre commercial, l’implantation de nouvelles activités et le renforcement de la présence du service public notamment celui du pôle social des Dervallières.

Le programme qui prévoit la réhabilitation du Vallon des Dervallières a débuté depuis 2003 et qui doit aboutir à la rénovation de 430 logements, et la réalisation de 378 logements, repartis ainsi: 126 logements en locatif social, 36 logements en locatif libre (Association Foncière Logement) 216 logements en accession sociale ou abordable, à la restructuration du groupe scolaire Dervallières-Chézine et création d’un pôle sciences environnement (2869 m2) et enfin à l’aménagement des espaces publics: le parc, le bassin, jardins publics, sentier botanique...

Le projet du « Vallon des Dervallières», partie du quartier délimitée par le Val de la Chézine et le boulevard du Massacre poursuit le projet de restructuration engagé depuis plus de 10 ans.

Ce projet de rénovation urbaine s’inscrit dans une volonté d’enrayer les mécanismes de ségrégation sociale, de mettre fin au relatif enclavement physique par une amélioration des accès, de favoriser l’intégration du quartier dans la Ville par une nouvelle attractivité, de diversifier les statuts d’occupation et de gestion des logements par une programmation équilibrée des nouveaux logements.

Redessiner le quartier comme une ville ordinaire, rues et ruelles bordées de trottoirs, des jardins d’usage pour centraliser le cœur du quartier, en instaurant une trame végétale depuis le parc vers les résidences.

 

Equipements publics :

Dervallières Nantes2

L’un des projets édifié sur le site est celui d’un Equipement insertion emploi dont l’objectif est de regrouper sur un même site l'ensemble des partenaires sociaux : l'Équipe de quartier, la Maison de l'Emploi, la CAF, l'Unité Emploi et la Commission locale d’insertion (CLI) du Conseil Général.

Dessiné par le cabinet SERERO architectes urbanistes, cette "plateforme multi partenariale" doit répondre aux attentes sociales du quartier et dynamiser l’emploi au cœur du site des Dervallières.

Une structure sociale pour échanger, rencontrer, renseigner, informer et orienter L'organisation de l'équipement doit d'une part favoriser les échanges entre les usagers.

Commune :

Nantes

Construction :

> Administratif, Activités économiques

Donneur d'ordre :

Nantes Métropole, Ville de Nantes, CAF de Loire Atlantique, Conseil Général de Loire Atlantique, Nantes Métropole Aménagement

Période :

2009 – 2013

Architecte / Concepteur :

Architecte : SERERO, Paris

Bureau d'Etudes Technique : OTE Atlantique, Nantes

Programme :

1 500 m² SHON environ de bureaux

Bilan TTC : 3.7 M€

Dervallières Nantes1

 

Les espaces publics : 

Dervallières Nantes3

Un bassin remis en eau, « Ce fut d’abord un étang, qui trônait, dans cette « folie » aristocratique des 18 et 19ème siècles, entouré d’arbres remarquables venus de par le monde. Avec la construction de logements sociaux à la fin des années 1950, il est devenu un bassin. Il en a vécu des aventures, servant à laver des tapis, des chiens, des voitures, puis, à sec, de dépôt d’objets divers, comme des caddies ou des bouteilles, mais valorisé par la création en son parterre, d’un jeu d’échec géant. Aujourd’hui, il est beau, à nouveau, nourri de nombreuses plantes aquatiques en son sein, et de nombreux invertébrés y vivent, observés avec soins par le club science et nature du centre de loisirs. » explique Guy Cariou, président de l’association Créagir.

« Pour alimenter le bassin, un système de récupération des eaux pluviales provenant notamment des toits-terrasses a été imaginé. Celles-ci seront traitées et recyclées dans une démarche de développement durable. Et, en cas de sécheresse, un puits arthésien, creusé à proximité, prendra le relais » explique Jacky Malinge, ingénieur du Service espace verts et environnement de la Ville (Seve).

Une transformation pour le parc de 16 hectares des Dervallières, qui borde la Chézine, affluent de la Loire, elle coule sur 15 km au nord-ouest de l’agglomération.


 

Un pôle science et environnement, le « Séquoia » :

Dervallières Nantes5

Situé aux abords d’un site naturel exceptionnel, le parc des Dervallières et du Val de la Chézine, Séquoia s’inscrit dans une logique éducative d’excellence de la pratique des sciences et de l’environnement.

Il symbolise l’ambition de faire des Dervallières un quartier comme les autres, attractif pour tous les Nantais. Il propose diverses activités de découverte des sciences et des techniques destinées à la fois au public scolaire mais également aux centres de loisirs, aux associations, aux habitants du quartier comme à l’ensemble des Nantais. Ce projet implique de nombreux acteurs publics, privés et associatifs : écoles, collège, Ecole des Mines, Petits Débrouillards, Pôle informatique, ACCOORD... Il renforce la dynamique associative du quartier.

Le projet architectural intègre les préconisations de la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE). Il prend en compte 11 des 14 cibles de la démarche HQE dans le domaine de l’éco-construction, de l’éco-gestion, du confort et de la santé.

Les priorités retenues sont le faible impact environnemental du chantier, le bioclimatisme, la gestion de l’énergie, de l’eau et des déchets, le choix de produits durables et faciles d’entretien.

Les bâtiments assurent un confort d’usage hygrothermique, acoustique, visuel et olfactif ainsi que les qualités sanitaires des espaces de l’air et de l’eau. Les principales techniques mises en œuvre pour obtenir cette qualité environnementale relèvent de la gestion des apports solaires, de la gestion de la production de chaleur et des toitures végétalisées. Les locaux sont totalement accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Dervallières Nantes4

 

Résidentiel … :

Dervallières Nantes7

«Après la démolition d’une longue barre HLM des années 60, le projet propose la construction d’un ensemble de 39 logements sociaux disposés en maisonnée. L’immeuble se caractérise par une passerelle en bois à deux niveaux qui dessert les appartements le long de la façade Nord, la façade Sud est elle flanquée de serres horticoles qui prolongent les logements par de grands jardins d’hivers. La moitié des appartements est livrée à l’accession à la propriété.

Nous souhaitons créer une véritable transcription bâtie du terme de « renouvellement urbain » et réinscrire le logement social dans l’une des problématiques sociétales les plus vives de son époque, le développement durable. Il s’agit également de confirmer aux habitants des Dervallières qu’une page est tournée dans le Vallon grâce à l’opération de requalification globale qui y est engagée dont cette opération peut constituer une illustration forte. Cette approche permet :

• de réinscrire le projet dans l’histoire moderne de l’habitat social et plus particulièrement dans l’approche d’un habitat individualisé dense, en bande, tel que l’édifièrent les architectes hollandais, scandinaves et allemands - dont Ernst May à Francfort - au tournant des années 30,

• d’exprimer à travers des formes et des matériaux innovants une réponse apportée par le logement social à la question du développement durable,

• d’apporter aux habitants des éléments d’une qualité de vie retrouvée tant par des espaces intérieurs aux prestations nouvelles que par des prolongements extérieurs concrètement « ré-ancrés » dans le sol.

Les 39 logements à édifier ici sont transcrits sous forme de dix «Maisons» accolées, constituant un volume continu légèrement articulé à mi-longueur par un angle de 21°. Cette articulation permet de distinguer deux «Maisonnées» l’une et l’autre constituées de cinq «Maisons». La première maisonnée réunit les logements en location, la deuxième rassemble les logements en accession. Chaque logement s’organise autour d’un noyau central dense intégrant cuisine, salle d’eau, sanitaires et le cas échéant (duplex) escalier afin d’optimiser l’espace disponible des pièces à vivre sans accroître les surfaces de référence. Les maisonnées se caractérisent par la serre qui précède leur façade. Prolongeant les espaces intérieurs, celle-ci apporte à chaque logement une surface supplémentaire et, dans le cas des duplex, un véritable volume à vivre, tout en préservant chaque logement de rapports visuels directs avec les logements voisins. D’un point de vue énergétique, les serres contribuent à diminuer sensiblement les consommations énergétiques et augmentent l’inertie des constructions.»

Maître d’Ouvrage : OPAC 44 Architecte :TETRARC architectes Surface : 2 800 m2 Coût des travaux :3,9 M€ HT

Dervallières Nantes6

Partager cet article

Published by Lucvieri - dans Nantes-Métropôle
commenter cet article

commentaires

Create a free blog on OverBlog.com! - Contact - Terms -