Browse By

Les bons conseils augmentent les raisons de les pratiquer notamment pour son installation cuivre

Les bons conseils augmentent les raisons de les pratiquer notamment pour son installation cuivre

Les bons conseils augmentent les raisons de les pratiquer notamment pour son installation cuivre

5 CONSEILS POUR RÉUSSIR SON INSTALLATION EN CUIVRE

Dans une installation sanitaire ou de chauffage, les canalisations sont choisies pour garantir à l’usager le confort, la sécurité et la pérennité de l’ouvrage. Les tubes de cuivre disposent à ce titre de normes définissant leurs caractéristiques ainsi que les règles de l’art concernant leur mise en œuvre.

Le respect de ces normes est un facteur essentiel dans la réussite d’un ouvrage. Certains conseils pratiques peuvent également être précisés ou ajoutés à ces documents de référence pour garantir la longévité d’un réseau de canalisations en tubes cuivre. Voici, en 5 points clés, comment éviter les principaux écueils.

CONNAÎTRE LES PARAMÈTRES PHYSICO-CHIMIQUES DE L’EAU

Les tubes de cuivre présentent une très grande résistance à la corrosion émanant des eaux d’adduction, mais il est parfois demandé l’installation d’un adoucisseur d’eau* pour le confort des utilisateurs ou éviter le dépôt excessif de tartre dans les éléments constitutifs du réseau. Dans ce cas, il est nécessaire de contrôler le titre hydrotimétrique de l’eau, dit TH, qui représente les concentrations en sels de calcium et de magnésium. La tendance est en e et à tirer cette valeur vers le plus bas possible alors qu’il y a intérêt pour les canalisations à by-passer l’adoucisseur, de façon à envoyer dans le réseau une eau dont le TH est supérieur ou égal à 15°F, un TH inférieur constituant un risque de corrosion.

Un autre paramètre dont le contrôle est facile à réaliser est le pH, c’est-à-dire la valeur qui dé nit si une eau est acide (pH<7) ou basique (pH>7). Pour utiliser des tubes de cuivre en toute sécurité, la valeur du pH doit être supérieure à 6,5. Un fluide plus acide, comme peut l’être une eau déminéralisée, devra être traité par un inhibiteur approprié.

LE CUIVRE

ASSOCIATION DE DIFFÉRENTS MATÉRIAUX

Le cuivre est compatible avec la plupart des matériaux du bâtiment et peut être mis en contact direct avec le plâtre, la brique, le ciment ou le béton, même en présence d’humidité. Lorsqu’il est en contact avec d’autres métaux, son comportement est tout aussi bon. Mais tous les métaux n’ont pas la même résistance à la corrosion et ce type de contact peut être préjudiciable à certains d’entre eux en raison de la formation d’un couple galvanique. Le cuivre étant un métal noble, il n’existe pas de configuration qui lui soit préjudiciable, mais il peut dissoudre d’autres métaux comme le zinc ou l’aluminium. Ainsi, il est interdit de mettre en place une canalisation en acier galvanisé à l’aval d’une canalisation en cuivre.

Il est toujours possible d’atténuer l’e et d’un couple galvanique en intercalant entre le cuivre et l’autre métal un raccord de noblesse intermédiaire. Ainsi, des raccords en laiton peuvent être utilisés pour une jonction acier-cuivre. C’est par exemple le cas d’une colonne montante en acier alimentant un réseau de distribution en cuivre.

MAÎTRISER LA TEMPÉRATURE

Lors d’opérations de recuit ou de brasage fort, le contrôle de la température est important pour éviter une surchauffe des tubes. Le cuivre ayant subi une température trop élevée sera fragilisé et d’autant plus sensible aux sollicitations mécaniques et aux phénomènes de dilatation. A n de maîtriser l’utilisation de la flamme, l’emploi de chalumeaux «turbo» ou «turbo-jet» est préférable. Le chauffage doit être minimum et la flamme doit être déplacée en permanence. Comme il est impossible de connaître la température du métal lors d’opérations sur les chantiers, la couleur rouge sombre du cuivre est un indicateur de limite au-delà de laquelle le métal ne doit pas être soumis.

UTILISER UN GAINAGE ADAPTÉ

Il peut être utile en différentes circonstances d’opter pour le gainage des tubes cuivre. Le gainage peut en e et apporter une protection mécanique ou chimique, amortir les bruits et les vibrations et supprimer les phénomènes de condensation sur les canalisations apparentes. La gaine utilisée doit cependant être adaptée au cuivre. Il faut en effet s’abstenir d’utiliser des gaines destinées à d’autres usages pour le bâtiment, telles que les gaines d’électricien dont la composition n’est pas compatible avec les métaux. Les fabricants proposent une gamme de tubes cuivre prégainés qui constituent la solution idéale en la matière. Pour mémoire, il convient également de rappeler qu’une gaine ne fait pas office de fourreau.

CONTRÔLER LA VITESSE DES FLUIDES

Dans un réseau d’eau, vitesse trop faible ou trop élevée peut être la source de certains désagréments. Une vitesse trop faible peut entraîner la stagnation de l’eau et la formation de dépôts qui peuvent être à l’origine de développements bactériens et de désordres. Une vitesse trop élevée peut conduire à des phénomènes sonores et une usure prématurée des canalisations par érosion et cavitation, généralement au niveau des changements de direction. Cet aspect est à prendre très sérieusement en considération dans le cas de la réalisation de bouclages. Dans ce cas, la vitesse de l’eau doit être comprise entre 0,2 et 0,5 m/s. Le bon réglage de la vitesse de circulation du fluide permettra en outre de réaliser des économies d’énergie sur la consommation de la pompe.

LE MEILLEUR MOYEN DE NE PAS SE TROMPER : CHOISIR LE CUIVRE

Le cuivre est utilisé depuis plus de cent ans pour la réalisation d’installations sanitaires ou de chauffage. À ce titre, il a largement fait ses preuves en tant que matériau de canalisation. Le contexte actuel lui impose parfois des contraintes en raison de l’apparition de nouveaux matériaux ou de la modification de la qualité des eaux. Mais les changements qui s’opèrent n’ont jamais remis en cause l’utilisation du cuivre. À partir du moment où les règles de l’art sont appliquées et que les mesures de vigilance minimales sont respectées, le cuivre confirme son universalité d’emploi, sa fiabilité et sa longévité. Les documents de référence, tout comme les normes, sont régulièrement révisés et mis à jour pour garantir la pérennité d’usage des canalisations en cuivre, le matériau des professionnels.

INSTALLATION EN CUIVRE

LES NORMES TUBES

La norme NF EN 1057, « Tubes ronds sans soudure en cuivre pour l’eau et le gaz dans les applications sanitaires et de chauffage » indique la composition chimique, les caractéristiques dimensionnelles et mécaniques, la désignation et le marquage des tubes ainsi que les méthodes d’essais permettant de les contrôler. La marque NF tubes cuivre garantit la conformité des canalisations à ces exigences. Pour les produits gainés, il convient de se référer à la norme NF EN 13349 « Tubes en cuivre gainés avec gaine compacte ».

Les normes AFNOR DTU (Documents Techniques Uni és) indiquent quant à elles les conditions techniques, les règles de calculs de dimensionnement et les conditions générales de mise en œuvre auxquelles doivent satisfaire les canalisations :

• AFNOR DTU 60.11 « Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et d’eaux pluviales »

• AFNOR DTU 60.1 « Plomberie sanitaire pour bâtiment »

Pour le gaz, le document de référence est la norme AFNOR DTU 61.1 « Installations de gaz dans les locaux d’habitation » (voir la Lettre du Cuivre n°111 de septembre 2015 pour de plus amples informations au sujet de la réglementation gaz).

Une température constante en tout point du réseau d’ECS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »