Browse By

J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?

J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?

jai-mal-a-ma-route3

J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?

«40 MILLIONS D’AUTOMOBILISTES» A PUBLIE LE PALMARÈS DES 3 ROUTES LES PLUS DÉGRADÉES PAR DÉPARTEMENT

Alertée par les inquiétudes formulées par les usagers de la route quant à l’état des chaussées et des infrastructures routières, l’association « 40 millions d’automobilistes » lançait, le 26 novembre 2015, une action participative baptisée « J’ai mal à ma route » (www.jaimalamaroute.com) visant à recueillir des témoignages des usagers et à dresser une carte de France des routes les plus dégradées, pour sensibiliser les Pouvoirs publics.

Cette carte, « 40 millions d’automobilistes » la publie aujourd’hui, vendredi 11 novembre 2016, dans le livret J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?, qui compile les résultats de cette vaste opération et dévoile, témoignages à l’appui, le palmarès des 3 routes les plus dégradées dans chaque département, parmi celles qui ont été signalées par les usagers sur le site Internet. Le document sera adressé au ministre des Transports, au ministre de l’Intérieur, au Délégué interministériel à la Sécurité routière, aux élus parlementaires et à l’Association des Maires de France.

Pour consulter le livret J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?, suivez ce lien

La route, un enjeu économique, social et sécuritaire

Le Projet de loi relatif à la sécurité des infrastructures et systèmes de transport rappelait que « 47% des accidents de la route comportent des facteurs se rapportant à l’infrastructure ». Parallèlement, selon un sondage réalisé en 20151, la dégradation des routes constitue une source d’inquiétude pour 75% des Français.

C’est parce que la diminution continue des subventions allouées à l’entretien de nos routes n’est pas compatible avec ce sentiment d’insécurité justifié que l’association « 40 millions d’automobilistes » a pris l’initiative de rassembler les témoignages de ceux qui parcourent la route au quotidien et de pointer du doigt les dégradations de nature à mettre en péril leur sécurité :

« Le réseau routier assure aujourd’hui 87% des trajets de transport de personnes et de marchandises ; les enjeux économiques, sociaux et sécuritaires liés à la qualité des infrastructures routières sont donc colossaux. Pourtant, depuis une vingtaine d’années, les dotations de l’État destinées à l’entretien des routes sont nettement insuffisantes. En conséquence, les routes se détériorent, les conditions de sécurité des usagers se dégradent et ce, particulièrement sur le réseau secondaire (voies départementales), où l’on dénombre le plus d’accidents mortels » explique Daniel QUÉRO, président de « 40 millions d’automobilistes ».

Les réseaux départementaux et communaux en péril

Depuis 2004, les départements doivent assumer l’entretien de la quasi-totalité des routes de France, au moyen de crédits d’État qui ne cessent de diminuer (-27% chaque année depuis 2011). Les collectivités se contentent donc le plus souvent de réaliser dans l’urgence la plus totale les opérations indispensables d’entretien curatif, plus coûteux que l’entretien préventif des chaussées, pour éviter la ruine complète de la route :

« Nous comprenons la situation financièrement complexe dans laquelle se trouvent les Conseils départementaux et les communes. Mais à force de repousser l’entretien de la voirie « faute d’argent », on crée de nouveaux points noirs sécuritaires et, ainsi que le montre la carte de France des routes les plus dégradées (voir dossier de presse), aucun département n’est en reste. Nous publions donc aujourd’hui les résultats de l’opération « J’ai mal à ma route » dans l’espoir de sensibiliser les Pouvoirs publics et les décideurs locaux à la nécessité absolue d’anticiper les besoins d’entretien préventif des chaussées, à la fois pour employer l’argent public à bon escient et pour améliorer la sécurité des usagers de la route » précise Pierre CHASSERAY, délégué général de l’association.

Un classement des 3 routes les plus dégradées par département

À la suite d’une présentation générale du réseau routier français et des enjeux liés à son entretien, le livret J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ? propose, pour chaque département, le palmarès des 3 routes les plus dégradées (quelques exemples dans le dossier de presse).

Ces routes ont été identifiées grâce aux quelques 31 186 signalements de routes détériorées déposés sur le site Internet www.jaimalamaroute.com entre le 26 novembre 2015 et le 1er mars 2016 par les usagers de la route, à travers toute la France.

Pour chaque département, la fiche-résultats expose les 3 témoignages décrivant ces routes jugées les plus dangereuses du département ainsi qu’une illustration. Les dégradations constatées peuvent concerner des fissures, des nids-de-poule, des ralentisseurs hors-normes, des virages dangereux, une signalisation routière dégradée ou inadaptée… et sont de nature à mettre en danger les usagers qui circulent sur ces voies.

L’association « 40 millions d’automobilistes » appelle aujourd’hui les collectivités gestionnaires de ces routes dégradées à mettre en place au plus vite un plan de rénovation ou de remise en état des infrastructures routières signalées dans le livret, de façon à éliminer les risques qu’elles représentent pour les Français.

Pour consulter le livret J’ai mal à ma route : quelles sont les routes les plus dégradées de France ?,suivez ce lien.

jai-mal-a-ma-route jai-mal-a-ma-route1 jai-mal-a-ma-route2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »