Browse By

Les balcons comme des ailettes d’un moteur

Bien que la ressemblance entre les ailettes de refroidissement de moteur et les balcons d’un bâtiment ne soit à première vue pas évidente, ces deux éléments sont pourtant comparables. Cet hiver, l’équipe de Schöck France s’est munie de caméras thermiques pour mesurer la bonne isolation de bâtiments de logements d’habitation dans lesquels sont, ou pas, installés des rupteurs. L’occasion de prouver l’utilité des rupteurs de ponts thermiques, surtout pour les balcons.

En février dernier, par 0,5°C à 4h du matin les techniciens et ingénieurs de Schöck France pointaient leur caméra thermique sur un bâtiment de logements sociaux en région parisienne dans lequel des rupteurs Schöck Rutherma® DF ont été installés en 2012. Sur la thermographie ci-dessous, on remarque en mesure 3 (M3) l’efficacité de ce type de rupteur isolant la jonction de la dalle intérieure à la façade, puisqu’aucune déperdition de chaleur n’y apparait. La mesure M3 du shéma indique encore une température négative (-0,4°C) au petit matin, preuve de l’efficacité de la solution Schöck. Les balcons de ce bâtiment isolé par l’intérieur n’ont quant à eux pas été traités et la caméra mesure des températures à la jonction façade/balcon de 7,6°C.

Ponts thermiques linéiqu

La règlementation thermique RT2012 n’imposant qu’un traitement partiel des ponts thermiques, les balcons n’ont pas été traités sur ce projet. Alors que l’enveloppe du bâti est traitée, les balcons agissent ainsi comme des ailettes de refroidissement de moteur, ayant pour but de faire évacuer vers l’extérieur le plus vite possible la chaleur produite à l’intérieur des logements. La température dans le logement baisse, à l’approche du balcon le sol est froid, la consommation de chauffage augmente, des moisissures se développent au plafond… autant de désagréments pour les habitants et pour les bailleurs.

Schöck-Balcon2

A l’image de ce deuxième exemple, les bailleurs ont beau faire des efforts pour respecter la RT 2012 et assurer la construction de bâtiments peu énergivores, l’isolation des balcons n’est pas systématique. Cet immeuble de logements collectifs BBC 2005 construit en Alsace du coté de Strasbourg est isolé de manière performante en isolation par l’extérieur, mais les proportions importantes de balcons non traités retirent tout le bénéfice de l’efficacité de l’isolation de façade retenue :

en effet, les températures relevées en février par 2,5°C font apparaitre une température au droit des ponts thermiques de 8,1°C.

Laisser les balcons refroidir les bâtiments, telles des ailettes qui refroidissent un moteur est illogique, surtout si des efforts sont faits pour isoler le reste de la façade. Le coefficient linéaire Psi de 0,6 W/(m.K) imposé par la RT2012 et calculé sur l’ensemble du bâtiment, peut certes ainsi être respecté sur le papier, mais l’efficacité énergétique globale du bâtiment ne sera toujours pas homogène. Le chemin vers des enveloppes de bâtiments performantes est encore loin.

Schöck-Balcon3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »