Browse By

RENAÎTRE AVEC LES MOTS


RENAÎTRE AVEC LES MOTS
 – LE MONDE EN FACE – MARDI 7 MARS À 20H50 SUR FRANCE 5

RENAÎTRE AVEC LES MOTS
 – LE MONDE EN FACE – MARDI 7 MARS À 20H50 SUR FRANCE 5

En France, on estime à 7 % la population adulte âgée de 18 à 65 ans en situation d’illettrisme, soit quelque 2 500 000 de personnes. Ce documentaire donne la parole à trois d’entre elles qui essaient de s’en sortir avec le soutien d’une association.

C’est le récit d’une métamorphose, celle de trois adultes abîmés par une enfance sans instruction ni amour qui se lancent sur le chemin du bonheur. Âgés de 38 à 52 ans, Marie-Agnès, Joëlle et Thierry, tous les trois illettrés, à des degrés différents, éprouvent depuis toujours de la honte en raison de leurs lacunes et du manque d’éducation.
 Leurs difficultés quotidiennes leur ont enfin donné le courage de pousser la porte d’une association de lutte contre l’illettrisme, Mots et Merveilles. Ce geste leur a sauvé la vie. Car réapprendre à lire et écrire, ce n’est pas seulement pouvoir pour la première fois aider ses enfants pour les devoirs ou faire ses courses seul. C’est aussi retrouver l’estime de soi, rêver à nouveau… et se réapproprier son destin. Suivis pendant deux ans, Marie-Agnès, Joëlle et Thierry témoignent, dans ce documentaire, de leurs problèmes mais aussi — et surtout — de leurs progrès. Après la diffusion du film, Marina Carrère d’Encausse anime un débat sur l’illettrisme, une problématique longtemps restée taboue et qui n’a fait l’objet d’une campagne nationale qu’en 2011.

QUELQUES CHIFFRES

Sur les 2 500 000 personnes en situation d’illettrisme en France :

— la moitié a plus de 45 ans ;

— plus de la moitié exerce une activité professionnelle ;

— 71 % parlaient uniquement le français à la maison à l’âge de 5 ans ;

— la moitié vit dans des zones rurales ou faiblement peuplées et 10 % dans les zones urbaines sensibles (ZUS).

EXTRAITS

Joëlle : « On s’est jamais intéressé à moi. Depuis que je réapprends à lire et à écrire, ma vie change tout le temps, je découvre l’aventure […], avant je pouvais pas remplir mes papiers toute seule, aller à la mairie, à la sécu ; je me sentais enfermée, c’était dur, la honte. Maintenant, je vais essayer de récupérer un peu ma liberté. »

« […] Avant, je marchais la tête baissée, mais la tête baissée on voit rien, on voit juste par terre. »

Marie-Agnès : « Au début, ça a commencé par “T’es nulle, tu feras jamais rien de ta vie”, c’était très humiliant […], je lisais sans lire, je déchiffrais les mots mais je les comprenais pas ; à l’époque c’étaient des ennemis, maintenant c’est mes amis […]. »

« Aujourd’hui, si on me disait que je peux pas lire, j’en pleurerais, je me suis réapproprié ma propre vie, je suis en train de vivre, pour moi. »

Thierry : « J’ai pas eu une bonne enfance, ça c’est sûr […], je restais à longueur de journée assis dans la cave ; j’étais la honte de la famille, moi je me dis ça. »

« J’ai pas de diplôme, pas de bagage, je vais pas dire je suis une merde, mais j’ai rien ; c’était ma femme qui s’occupait de tout ; on était inséparables, alors quand elle est partie, j’étais perdu […]. J’aurais voulu avoir du travail pour gagner mon propre argent, à la sueur de mon front ; je touche le RSA, hélas, c’est une honte pour moi ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »