Habitat durable

La Chaudière à Granulés : les avantages écologique et économique

Chaudière granulés en bois

La progression des maison s’équipant d’une chaudière à granulés s’est grandement amplifiée ces dernières années. Présentant un réel avantage économique mais aussi écologique, pourquoi ne pas se laisser tenter ? Je vous propose un tour d’horizon de la situation au travers de cet article.

Les avantages économique d’une chaudière à granulés

Avec le coût des énergies fossiles, le granulé offre une sérieuse économie. Le fioul, le gaz et l’électricité ne cessent d’augmenter. La différence de prix avec le granulé de bois atteint des sommets. Propellet, association d’information sur le granulé regroupant des granulateurs, des distributeurs de chaudières à pellet et poêles et des installateurs, a publié un nouvel indicateur statistique régulièrement mis à jour, sur l’évolution du prix du granulé de bois en vrac pour les chaudières. Cet indicateur reflète la réalité des prix sur le terrain en s’appuyant sur le prix à la livraison chez le client.

Fin mars, le prix du granulé de bois est 78 % moins cher que le fioul domestique, de 32 % moins cher que le gaz de ville, de 163 % moins cher que le gaz propane et de 166 % moins cher que l’électricité.

Comment sont produits les granulés de bois ?

La surface des forêts françaises touche actuellement 15,9 millions d’hectares, soit une  couverture moyenne du territoire de 29%. Sur les vingt dernières années, la progression de la forêt est d’environ 12 % (IFN 2008). L’accroissement naturel de nos forêts représente un volume de 103 millions de mètres cubes chaque année. Seulement la moitié de cet accroissement annuel est exploité. La mobilisation de ces bois et leur valorisation notamment en bois énergie représente donc un enjeu considérable.

La filière de production de granulés de bois fait partie intégrante de la filière forêt-bois : elle tire son approvisionnement des produits connexes de scieries et de l’exploitation forestière, elle constitue donc un débouché économique non négligeable pour les économies forêt-bois locales dont les emplois ne sont pas délocalisables. L’utilisation du granulé de bois génère 3 à 4 fois plus d’activité économique locale que l’utilisation des énergies fossiles (source Ageden/Ademe).

Le volume de granulés de bois produit était de 345 000 tonnes en 2009. Il a évolué de 20 000 t environ en 2003 à 180 000 t en 2007 et 208 000 t en 2008 (source SNPGB). L’approvisionnement nécessaire à cette production se faisait jusque là majoritairement à partir de sciures de scieries, il est aujourd’hui en pleine mutation avec une diversification allant de la plaquette papetière de scierie à la plaquette forestière voire directement du rondin forestier. Les importations et exportations de granulés de bois représentent de l’ordre de 10% à 20 % de la production et de la consommation et jouent avant tout un rôle de régulation des marchés.

L’importance et l’augmentation des volumes font maintenant du chauffage au granulé un secteur qui n’est plus négligeable et qui est à prendre

La place de la France dans le marché des chaudière à granulés

La production de granulés de bois sert majoritairement un marché français du chauffage aux granulés de bois en plein essor, avec plus de 4 000 chaudières et près de 25 000 poêles à granulés vendus en France, et de nombreux emplois de service créés au cœur des territoires. Le marché porte essentiellement sur un secteur domestique ou l’utilisateur fait son choix plutôt face à d’autres solutions automatiques telles que le fioul, le gaz, ou les pompes à chaleur. Le choix se fait rarement face à la solution bois plaquette dont l’investissement et l’espace de stockage nécessaires ne sont pas du même ordre. Il est donc important de préciser que le positionnement du chauffage au pellet se fait de manière complémentaire aux autres énergies bois, et de manière concurrentielle aux autres énergies fissiles et fossiles.

Le marché porte essentiellement sur le secteur domestique. Toutefois l’offre et la demande se développent aujourd’hui sur les secteurs collectifs et tertiaires avec des puissances allant jusqu’à 200 kW : le granulé de bois permet alors d’envisager le bois énergie sur de nombreux projets dont l’accès livraison et l’espace de stockage sont limités ou pour lesquels la capacité d’investissement ne permet pas de faire passer la solution bois plaquette face à une solution gaz ou fuel par exemple.

Ce marché très jeune  reste encore peu développé au regard d’autres pays européens tels que l’Allemagne, l’Autriche ou même l’Italie. Les poêles à granulés représentent moins de 5% du marché des appareils indépendants au bois, les chaudières moins de 1% des systèmes de chauffage à eau vendus.

Le sondage réalisé par l’institut CSA pour Propellet a montré que 60% des français n’ont jamais entendu parlé, ne serait-ce que de nom, du chauffage au pellet ou granulé de bois. Aux prix actuels des énergies « conventionnelles », le granulé de bois ne peut trouver sa place sans soutien.

ZOOM Rhône-Alpes : La Région Rhône-Alpes représente environ 1/3 du parc des appareils  au granulé installés et environ 1/3  de la production nationale de granulés de bois. La région Rhône-Alpes est la deuxième région forestière française après l’Aquitaine avec 1 650 000 ha et une couverture de 38 % de son territoire. C’est aussi la région qui compte le plus grand nombre de scieries avec 450 unités. En termes de production, elle occupe la 2ème place avec 1,2 million de m3 de produits de sciage.

Le pellet est élaboré en séchant et compressant les sous-produits des scieries françaises et de la forêt, c’est donc la valorisation d’un déchet propre. Issu de forêts gérées durablement, le granulé de bois est une énergie renouvelable neutre en CO2 : il participe à la réduction des gaz à effet de serre. En France, le pellet est produit et consommé régionalement : il occasionne peu de transport.

Ce mode de chauffage apporte confort d’utilisation et autonomie, et il permet de réduire la facture de chauffage de 30 à 50% avec pour référence :

  • 1 m3 de granulé = 3 à 4 stères de bois
  • 2 tonnes de pellets = 1000 litres de fioul = 5000 kWh

1 commentaire

Laisser un commentaire