Travaux dans la copropriété : charge vendeur ou acquéreur ?

0
Travaux dans la copropriété charge vendeur ou acquéreur

La question peut se poser, lorsqu’on s’apprête à acheter un appartement, de savoir qui doit payer les éventuels travaux décidés par la copropriété, le vendeur ou l’acquéreur ? Il y a en fait trois scénarios possibles, selon la date à laquelle sont votés les travaux.

Travaux votés avant le compromis de vente

Tous les travaux dans la copropriété votés avant la signature du compromis de vente sont à la charge exclusive du vendeur. C’est logique, puisque c’est lui qui est propriétaire à ce moment-là, lui qui s’est rendu à l’assemblée générale des copropriétaires, et enfin lui qui a participé au vote. Et cela s’applique même dans les cas où les travaux ne sont pas encore réalisés au moment de signer un compromis de vente, ou pas encore totalement payés par le vendeur à cette date.

Travaux votés après l’acte de vente

Là aussi, la réponse est simple. A partir du moment où l’acquéreur a signé l’acte de vente (appelé également « acte authentique »), c’est lui le nouveau propriétaire du bien immobilier. Si une assemblée générale de copropriété se réunit le lendemain de l’acte de vente et que des travaux de rénovation de façade sont votés, par exemple, c’est au nouveau propriétaire d’en acquitter le montant, le vendeur n’ayant plus rien à voir dans cette histoire.

Travaux votés entre le compromis et l’acte de vente

Cela peut arriver, car le syndic, en général,  ne réunit les copropriétaires en assemblée générale qu’une fois par an, et on peut très bien imaginer que cette assemblée se déroule dans la période de trois mois qui s’écoule entre la signature du compromis de vente et celle de l’acte authentique chez le notaire.

Dans ce cas, pour savoir qui, du vendeur ou de l’acquéreur, devra payer les éventuels travaux votés,  il suffit de se référer au principe suivant : c’est à celui des deux qui est présent au vote de payer. Je m’explique :

  • C’est le vendeur qui va recevoir la convocation à l’assemblée générale, puisque le syndic, à ce moment de la transaction, ne connaît que lui. Si le vendeur se rend à l’assemblée et que des travaux sont votés, c’est à lui qu’il incombera de payer.
  • Par contre, le vendeur a tout à fait le droit de déléguer ses pouvoirs à l’acquéreur. Pour cela, il devra lui envoyer, au moins cinq jours avant la date de l’assemblée et en courrier recommandé avec accusé de réception : la convocation à l’assemblée générale, l’ordre du jour ainsi qu’une procuration désignant l’acquéreur comme représentant du vendeur. Dès lors, si des travaux dans la copropriété sont votés, ils seront à la charge de l’acquéreur, qu’il se soit rendu à l’assemblée ou non.

Un conseil, donc. Avant de signer un compromis de vente, pensez à consulter les derniers procès-verbaux d’assemblée pour savoir si des travaux ont été proposés ou votés. Pensez également à vérifier la date de la dernière assemblée générale. En effet des travaux tel qu’un ravalement de façade peuvent engendrer des coûts importants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici