Habitat durable

Quel type de chaudière à haut rendement choisir ?

Quel type de chaudière à haut rendement choisir

Avant de s’assurer du choix général de la solution de chauffage, il est important de dimensionner la nouvelle installation une fois les besoins réduits : murs bien isolés et ventilés, vitrages renforcés thermiquement par exemple. L’installation de chaudières performantes dans le neuf ou l’existant peut permettre de sérieuses économies d’énergie en même temps qu’une meilleure protection de l’environnement et permet d’avoir une approche durable pour son habitat.
Dans le neuf, le choix d’une chaudière « performante » par rapport à une chaudière standard peut permettre un gain d’environ 15 % sur les coûts.
 Dans l’existant, les gains en termes d’économie d’énergie et de réduction des émissions de CO2 dépendent de l’état de l’installation existante, de l’âge et du type de chaudière en place, de la régulation, du type de bâtiment et de son isolation. Le gain peut atteindre 30%, selon le type d’énergie, par rapport à une installation existante. En réhabilitation, il faudra certainement apporter des améliorations sur d’autres parties de l’installation de chauffage et sur le bâti ce qui permettra certainement de diminuer la puissance de chauffage en l’adaptant au mieux aux besoins.

Deux types principaux de chaudières à haut rendement 

Chaudière à condensation

Une chaudière à condensation peut alimenter un réseau de radiateurs existant, la chaudière peut fonctionner indifféremment en mode « condensation » ou en mode « classique », en fonction des utilisations et des conditions climatiques extérieures. Ces chaudières peuvent en outre être utilisées seules ou en association avec d’autres chaudières à gaz n’utilisant pas la technique de la condensation. Dans certaines conditions il est possible d’adjoindre un récupérateur-condenseur à la chaudière existante, de façon à la « transformer » en chaudière à condensation. Une étude de faisabilité doit alors être demandée à un spécialiste. La chaudière à condensation est particulièrement adaptée au chauffage basse température ou chaleur douce en fonctionnement avec un plancher chauffant ou des radiateurs à chaleur douce. Afin de valoriser pleinement les performances de la chaudière à condensation, il est fortement recommandé de lui adjoindre une régulation performante.

Son prix est assez abordable, il faut compter environ 30% de plus qu’une chaudière classique et peut permettre des économies de l’ordre de 25% sur la facture

Chaudière à combustion pulsatoire

La chaudière pulsatoire est une sorte de moteur thermique au gaz (gaz naturel ou Propane). Au lieu d’un brûleur ouvert, la chaudière pulsatoire dispose d’une chambre de combustion qui débouche sur un faisceau de tubes en spirale. Le mélange air-gaz est introduit dans la chambre de combustion où une micro-combustion est déclenchée. Les gaz de combustion s’échappent par le faisceau de tubes de l’échangeur créant ainsi une dépression qui entraîne à nouveau l’arrivée du mélange air-gaz et le cycle recommence. Les gaz de combustion avancent petit à petit dans l’échangeur, au fur et à mesure que se produisent les micro-combustions, et ils cèdent leur chaleur à l’eau de chauffage qui circule dans un réservoir dans lequel est immergé l’échangeur. Les gaz de combustion (contenant notamment de la vapeur d’eau) sont rejetés, à basse température, via un « pot d’échappement », qui comprend un dispositif d’évacuation. Des fonctions de régulation (sonde extérieure et thermostat d’ambiance) et programmation sont associées à la chaudière, ainsi qu’un auto-diagnostic. Compte tenu de la nature et du type des rejets, ceux-ci peuvent se faire via un simple tube de PVC. L’installation de la chaudière est facilitée, en elle-même du fait des composants utilisés, et aussi par les possibilités plus variées d’emplacement possible pour la chaudière. De plus l’entretien est simplifié : pas de brûleur ; une simple bougie d’allumage.

Une chaudière pulsatoire coûte environ 50 % plus cher qu’une chaudière standard (non condensation).

Conclusion

Le choix d’une chaudière à haut rendement est un investissement qui peut être rentabilisé au bout de 5 ans environ en profitant notamment des aides de l’Etat en crédit d’impôts de 30% sur le prix de la chaudière à condition qu’elle soit installée par un professionnel dans le cadre d’une réhabilitation d’une installation existante.

Laisser un commentaire