Bruits extérieurs : la nuisance dans nos résidence

0
nuisances-sornores-voisinage

Le bruit, ennemi public n°1, facteur de troubles environnantes, provoque des dégâts en matière de santé publique et forcément de qualité de vie. Source d’environnement paisible, le confort acoustique reste une attente très forte des occupants d’un logement. Selon une étude de l’observatoire de l’Acoustique dans l’Habitat, 54 % des français sont embarrassés par les nuisances sonores extérieures, 85 % sont troublés par celles provenant du propre logement. L’ADEME a édité un guide pratique concernant la mise en œuvre de solutions et de pratiques pour diminuer les nuisances sonores dans les logements.

Transmis par l’air ou les structures d’un bâtiment, en provenance des activités extérieures, de nos voisins, de nous-même ou des équipements qui nous entourent, le bruit nous accompagne en permanence dans nos logements.

Les différentes nuances de bruits :

  • Bruits aériens extérieurs
  • Bruits de chocs
  • Bruits aériens intérieurs
  • Bruits d’équipements

Des solutions techniques existent pour traiter les différents types de bruit qui nuisent au confort acoustique, aussi bien en logement collectif qu’en maison individuelle.

Pour bien isoler acoustiquement un logement ou un bâtiment, il faut d’abord savoir comment se propage le bruit et quel rôle peuvent jouer les isolants acoustiques. Il importe aussi d’avoir une approche globale du problème car la transmission du bruit se fait par de multiples voies, et il s’infiltre par tous les passages qui lui sont proposés.

Par où passe le bruit ?

Le bruit peut se transmettre directement par les parois séparatives (mur, plancher, plafond, cloison, fenêtres). Il se transmet également de façon indirecte (ou latérale) par les parois non séparatives entre la source du bruit et l’endroit où on le perçoit. Les transmissions parasites profitent des imperfections localisées (boîtiers électriques…) et des défauts d’étanchéité à l’air (fissures dans les murs, absence de joints aux fenêtres, jonctions entre ouvrages…) : là où l’air passe, le bruit passe.

Tout d’abord les exigences réglementaires :

Pour les bâtiments construits avant 1970, il n’existait pas de réglementation acoustique.

Entre 1970 et 1995, les logements neufs étaient soumis à une réglementation acoustique fixant des valeurs minimales d’isolation acoustique d’un appartement à l’autre dans un même immeuble et des valeurs maximales de bruits de chocs ou de bruits d’équipements. Pour les bruits extérieurs au logement, les exigences étaient celles des textes réglementaires du 6 octobre 1978, mais elles ne correspondent plus aux normes actuelles de confort.

Entre 1996 et 1999, les normes acoustiques sont devenues plus sévères. Elles imposaient des exigences complémentaires : isolation minimum de 30 dB(A) contre les bruits extérieurs; absorption acoustique dans les circulations communes (couloirs, escaliers, hall…) ; niveau de bruit maximum des équipements intérieurs (bouches de VMC, chaudières individuelles…).

Depuis 2000, le niveau des exigences réglementaires reste identique à celui appliqué antérieurement. De très légères modifications (unités, indices …) proviennent de la transposition des normes européennes.

En rénovation, aucune exigence n’est fixée. Il est cependant recommandé de se rapprocher des exigences de la réglementation acoustique en vigueur pour les logements neufs. Cependant, son respect ne garantit pas un bon confort acoustique, notamment pour les bruits d’impact.

Comportement et bon voisinage :

Certaines règles simples, parfois étayées par des textes législatifs (article R 623-2 du Code pénal pour le tapage nocturne, articles R 48-1 à 5 du Code de la Santé Publique pour les bruits de voisinage.), permettent de limiter les problèmes de bruits.

En immeuble

Les contraintes sont en général plus fortes qu’en habitat individuel car il est plus facile d’y gêner ses voisins (bruits de conversations, de pas, de portes, de télévision, de radio, d’appareils électro-ménagers, de bricolage…).

Dans la mesure du possible, il faut veiller à limiter les bruits excessifs, les siens propres, ceux des enfants et ceux des animaux domestiques, dans les appartements comme dans les parties communes. Il est également utile de s’équiper d’appareils électro-ménagers silencieux et de ne les faire fonctionner qu’en journée.

En maison

Les bruits de bricolage, d’entretien du jardin… peuvent s’avérer gênants, il convient donc de pratiquer ces activités à des horaires acceptables par tous, ce qui peut d’ailleurs faire l’objet de consignes municipales.

Evénements exceptionnels

Mêmes des événements exceptionnels et peu fréquents (fêtes…) ne donnent pas de droit particulier à faire du bruit tard le soir. Les organisateurs doivent prendre des précautions pour ne pas importuner leurs voisins, les prévenir et respecter un horaire convenable pour la fin de soirée.

Principes de transmission du bruit :

Connaître les règles de transmission du bruit vous permettra de mieux comprendre les différentes techniques d’isolation acoustique qui peuvent vous être proposées.

La loi de masse

Plus c’est lourd, mieux ça isole. Autrement dit, à épaisseur égale, une cloison en béton isolera mieux qu’une cloison en carreaux de plâtre, car à volume égal, le béton est plus lourd que le plâtre. Structures ou structures légères…

Le principe «masse-ressort-masse»

Il consiste à utiliser des parois doubles, comme des plaques de plâtre ou des cloisons en briques désolidarisées séparées par un espace rempli avec une laine minérale, qui absorbe et dissipe l’énergie. En rénovation, cette solution permet un traitement efficace sans surcharger les structures et une épaisseur d’isolant moins importante.

Le principe d’étanchéité

Là où l’air passe, le bruit passe : sous les portes, par les conduits de cheminée, par les entrées d’air, par les coffres de volets roulants et aussi par les défauts d’étanchéité des parois. Une bonne isolation acoustique suppose une bonne étanchéité à l’air. Cependant, le renouvellement de l’air du logement est indispensable. Il faut donc laisser passer l’air en limitant le passage du bruit. Des solutions existent pour y parvenir.La complémentarité de l’isolation acoustique et de l’isolation thermique : Attention isolation acoustique ne rime pas forcément avec isolation thermique

Les décibels et les calories passent là où l’air passe : une bonne étanchéité à l’air sera donc favorable sur les plans thermique et acoustique.

Il est possible de mener de front isolation thermique et isolation acoustique, car certains produits sont performants dans les deux cas. Pour une bonne isolation thermique, il convient de privilégier les matériaux ayant une résistance thermique élevée ; pour une bonne isolation acoustique, d’éviter les matériaux légers et rigides.

Pour éviter des dépenses excessives, il est important de s’orienter vers des solutions qui traitent les deux problèmes, au lieu de se cantonner à des produits purement acoustiques ou purement thermiques. Dans la suite du guide, vous trouverez, signalées pour chaque mode de traitement du bruit, des solutions efficaces également pour l’amélioration thermique des logements.

En complément cet article aborde la nuisances sonores de nos équipements intérieurs.