Le Comité International Olympique et le Développement Durable

0
Le Comité International Olympique et le Développement Durable

Vous le savez sans doute, en 2020 les Jeux Olympiques se dérouleront à Tokyo. Aux vues des préoccupations actuelles, le Comité International Olympique a pris le parti de miser sur le Développement durable pour ces jeux. Voyons son deuxième rapport concernant ses progrès vers la durabilité (Sustainability Progress Report).

Les Jeux Olympiques Tokyo 2020, une première

C’est un parti-pris assez novateur quand on considère que jusqu’à présent, les pays hôtes dépensaient et polluaient sans compter pour montrer au monde à quel point ils étaient puissants. C’est d’ailleurs le cas dans la plupart des grandes représentations sportives internationales.

Pourtant, le Comité International Olympique (CIO) et le Japon ont décidé de faire en sorte que les Jeux Olympiques de 2020 soient placés sous le signe du Développement Durable. Le but étant d’utiliser l’universalité et la popularité du sport pour amener le monde à se sensibiliser à l’écologie et au bien-être de notre planète et de ses habitants.

Ce que nous dit le rapport du CIO

Publié le 28 novembre 2019, le rapport fait état de plusieurs avancées au niveau du Comité lui-même et des Jeux Olympiques 2020.

Les infrastructures durables du Comité International Olympique

Le CIO a inauguré en 2018 son nouveau quartier général, appelé la Maison Olympique. Le bâtiment a reçu de nombreuses certifications internationales dont certaines sont extrêmement rigoureuses. C’est d’ailleurs le bâtiment officiel le plus durable du monde.

On estime que la Maison Olympique utilise 35% de moins en énergie et 60% d’eau en moins qu’une construction neuve classique. Enfin, grâce à certains partenariats, les émissions de carbone résiduelles du CIO pour 2017-2020 ont déjà été compensées.

quartier général du comité international olympique
La Maison Olympique

Le Développement Durable au cœur des préparatifs

Le CIO encouragé les initiatives pour réduire la pollution engendrée par l’événement côté organisation et athlètes. Plusieurs exemples :

  • des véhicules zéro émission sont mis à disposition par des partenaires,
  • récupération de plastique dans les océans et ailleurs,
  • utiliser ce plastique pour construire les podiums,
  • les uniformes des porteurs de flambeaux sont également faits en bouteilles plastiques recyclées,
  • introduction d’un guide par le CIO « Méthodologie de l’empreinte carbone des Jeux Olympiques »,
  • toutes les fédérations internationales de sport participantes, ont dû signer un engagement de réduction des émissions de CO²,
  • mise en place de campagne comme « The Plastic Pledge » lancée par une athlète anglaise pour réduire la pollution des plastiques.

Bien sûr, il existe beaucoup d’autres initiatives conjointes et nous vous invitons à aller jeter un œil au site du Comité International Olympique.

Pour connaître plus d’initiatives encourageantes, n’hésitez pas à consulter nos actualités. Par exemple, l’université Keele a des idées qui pourraient vous intéresser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici