Comment isoler un mur en parpaing ?

0
isoler un mur en parpaing

Que ce soit en rénovation ou en construction, l’isolation des murs est cruciale. Elle représente environ 16 % des pertes de chaleur, se plaçant ainsi en deuxième priorité après le toit. Il est souvent plus simple de poser son isolation lors de la construction, car en rénovation elle engendre des désagréments comme la perte de surface habitable. D’où l’importance de s’y intéresser avant même de commencer à construire lorsque cela est possible. Dans cet article, nous nous intéressons à l’isolation des murs en parpaing. Pourquoi la réaliser ? Avec quel type d’isolant ? Vers quel objectif thermique tendre ?

Pourquoi isoler son mur en parpaing ?

Les maisons construites avant 1970 n’étaient pas sous l’emprise de la législation sur l’isolation. C’est pourquoi elles sont souvent très énergivores. Tant pour se protéger du froid, du chaud que du bruit, l’isolation d’un mur en parpaing est très importante. En effet, lorsqu’un mur de ce type n’est pas bien isolé, voire pas du tout, il y a de forts ponts acoustiques et thermiques.

Une bonne isolation apporte un maximum de confort aux habitants tant du point de vue sonore que du point de vue thermique. Dans le cas d’un garage par exemple, en plus du confort, l’isolation améliore la protection à votre installation électrique et votre réseau d’eau qui sont parfois laissés apparents. La chute des températures extérieures pouvant entraîner de gros dégâts sur ces installations.

La résistance thermique d’un mur en parpaing creux de 20 cm d’épaisseur est égale à R=0.23 m²K/W. C’est malheureusement totalement insuffisant et bien en dessous de la norme. De plus, il faut noter sa résistance à l’humidité est également relativement faible.

Quelle isolation choisir ?

Étant donné que les murs en parpaing présentent une surface régulière, il n’est pas nécessaire d’avoir recourt à une cloison sur ossature métallique. On pourra donc par exemple, opter pour un isolant associé à des plaques de plâtres pour l’isolation ITI (isolation thermique intérieure). Cette solution présente l’avantage d’être à la fois thermique et acoustique, répondant ainsi à vos principaux besoins. Quelle que soit la solution pour laquelle vous opterez, extérieure ou intérieure, sachez que les niveaux d’exigence imposés par la RT 2012 sont de 4 m²K/W. Si vous vous contentez de la RT 2005 alors il vous faudra atteindre 2,8 m²K/K. Si l’on a le choix, il est recommandé de procéder à l’isolation par l’extérieur.

L’isolation par l’intérieur

isolation par l’intérieur d'un mur en parpaing

Il existe plusieurs solutions pour pouvoir isoler son mur en parpaing en ITI. Toutefois, si vous pouvez le faire par l’extérieur (ITE) c’est la solution que nous vous conseillons de privilégier. Attention, si vous optez pour l’isolation par l’intérieur, notez bien que vous perdrez de la surface habitable.

  • Le doublage thermoacoustique : il s’agit d’un composite en polystyrène que l’on colle directement au mur. C’est une fusion entre un isolant et une plaque de plâtre. Cette technique est efficace à la fois du point de vue thermique et acoustique. Cependant, notez que le polystyrène est inflammable, il est possible d’y associer une inertie intérieure à base de plâtre et de terre pour réduire les risques d’incendie.
  • La contre-cloison : une solution consiste à poser une cloison de plâtre que vous pourrez ensuite orné de la finition que vous désirez (peinture, papier peint…). Elle se pose devant le mur en parpaing en laissant un espace dans lequel vous glisserez l’isolant. Cela peut être, entre autres, une laine de verre, de roche, de lin ou encore du polystyrène expansé. Pensez à bien regarder les caractéristiques d’absorption thermique et acoustique de l’isolant que vous choisirez pour atteindre l’objectif cité ci-haut surtout si l’aspect phonique est importante dans le cas d’un isolation d’un mur mitoyen.

L’isolation par l’extérieur

isolation par l’extérieur d'un mur en parpaing

C’est l’isolation la plus recommandée, c’est d’ailleurs celle qui répond au mieux à la réglementation thermique RT 2012 et vous permettra d’économiser de l’énergie. Elle dure plus longtemps, isole mieux les ponts thermiques, ne pose pas de risque de sécurité et elle permet de conserver toute la surface habitable de vos pièces. Là encore, il existe plusieurs solutions pour faire l’isolation par l’extérieur de son mur en parpaing :

  • Le bardage PVC : cette solution connaît beaucoup de succès. Le bardage PVC présente l’avantage d’être facile à poser, d’être durable, d’offrir une belle finition et d’être résistant aux intempéries. Selon nos besoins vous pourrez opter pour un bardage rapporté (isolant et bardage) ou même un bardage double peau (bardage, isolant puis encore bardage). Comme isolant, vous pouvez utiliser de la laine de roche, de verre, du polystyrène expansé, de la fibre de bois ou encore du liège expansé.
  • L’ITE sous enduit : en général, on utilise du polystyrène expansé comme isolant pour cette technique. Les panneaux isolants simplement sont collés sur le mur en parpaing. On recouvre ensuite le tout par un treillis de fibre de verre qui peut être collé ou marouflé dans un sous enduit. Ensuite, on a le choix en fonction de la finition que l’on souhaite obtenir entre des enduits dits hydrauliques ou organiques. Le premier est un enduit à base de chaux et de ciment, on peut varier les couleurs et la taille de granulés pour obtenir la finition désirée. Dans le cas des enduits organiques, il s’agit de résines synthétiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici