Des toits végétalisés pour des villes plus durables

0
Des toits végétalisés pour des villes plus durables

Lorsque l’on pense aux bâtiments industriels et commerciaux, on pense bien souvent à de grands bâtiments en tôle ou en béton, a priori sans aucun esthétisme. Mais pour leur faire oublier leur aspect brut et peu attrayant, le toit végétal s’impose comme l’une des meilleures solutions. Une alternative pour donner du cachet au bâtiment, mais également pour réaliser de véritables économies d’énergies. Depuis mars 2020, les bâtiments de plus de 1 000 m2 se doivent désormais de végétaliser leur toit. Et si l’on décidait d’en faire de même pour ceux d’une plus petite surface ?

Qu’est-ce qu’un toit végétal ?

Le principe d’une toiture végétalisée est simple : recouvrir le toit de végétaux. Et les raisons de ce type d’installation sont nombreuses. La première raison est esthétique. La deuxième est économique, puisqu’une toiture végétalisée améliore l’isolation du bâtiment sur lequel elle est posée. La troisième est écologique, puisqu’apporter des végétaux en ville va permettre d’accroître la biodiversité et de purifier l’air.

Les trois types de toiture végétalisée

Il existe trois types de toits végétaux, chacun comprenant ses avantages et ses inconvénients. Sur chacun d’eux, le type de plantation est différent.

Le toit vert extensif

Le toit végétalisé extensif a la capacité de s’adapter à tous les types de toiture, qu’elles soient en bois, en béton ou en acier. Pour réaliser ce toit vert, il convient de planter des mousses, des pourpiers et des sedums. Ces végétaux ont l’avantage de ne demander aucun arrosage, et de ne posséder un substrat que de 10 centimètres.

Le toit vert semi-intensif

Sur ce type de toiture, on retrouve encore une fois des sedums, mais également du gazon et des arbustes. L’épaisseur du substrat est donc plus élevée à cause de la présence de racines, et peut atteindre les 30 centimètres. Contrairement au toit vert extensif, le toit vert semi-intensif doit être arrosé de manière régulière.

Le toit vert intensif

Bien plus qu’un toit de simples mousses, ce type de toit est un véritable petit jardin, avec arbres et arbustes. En ce sens, la toiture devra être quasiment plate, et les plantes qui y sont mises doivent être arrosées régulièrement. Le substrat peut ici atteindre un mètre et donc représenter un certain poids. C’est pour cette raison que le toit vert intensif doit uniquement être placé sur un toit en béton.

Si vous souhaitez en apprendre davantage, cliquez ici pour en savoir plus concernant les différents types de toitures végétalisées et les avantages d’avoir recours à des toits végétalisés en milieu urbain.

Des toits végétalisés pour des villes plus durables

Pourquoi opter pour une toiture végétalisée ?

Depuis plusieurs années maintenant, la tendance est au toit végétal chez les particuliers. Pour ceux qui habitent une maison à la ville, réaliser un jardin sur son toit est une véritable aubaine. Mais depuis quelque temps, la tendance est également visible sur les bâtiments industriels et commerciaux.

Donner vie aux bâtiments industriels et commerciaux

Les bâtiments industriels et commerciaux sont bien souvent de très grande taille et sans véritable intérêt esthétique. Situés en plein cœur de zones urbaines ou en ville, il est rare qu’ils possèdent un parc, un jardin, ou même une petite cour avec des rosiers. Alors y poser un toit végétal est un excellent moyen d’améliorer le cadre de travail de ceux qui y passent la plus grande partie de leur journée. Une toiture végétalisée, qu’elle puisse servir de jardin ou non, apporte bien-être et sérénité à celui qui peut l’observer, voire même y déambuler. Un mur végétal encore plus. Qu’il soit installé dans un open-space ou dans un centre commercial, le mur végétal va permettre d’améliorer l’isolation thermique et phonique, mais également d’optimiser la qualité de l’air en fournissant de l’oxygène.

Les avantages et les inconvénients

Une toiture végétalisée apporte une réelle isolation thermique et phonique. La densité du substrat ajoutée à celle du toit absorbe les nuisances sonores, de l’intérieur comme de l’extérieur. Et le principe est le même avec les températures : en hiver, le froid rentre moins dans le bâtiment, et en été il en est de même pour la chaleur.

Un toit végétal permet également de réduire les risques d’inondation. Lors des périodes de fortes pluies, les toits plats en béton des bâtiments industriels ou commerciaux sont souvent noyés. Lorsque la toiture est végétalisée, l’eau de pluie est directement absorbée par les plantes et le substrat. Ça, c’est pour les jours de mauvais temps. Mais lorsque le thermomètre dépasse les 25 degrés dans une ville entièrement bétonnée, la chaleur peut très vite devenir étouffante. Un toit végétal permet de contrôler ces pics de chaleur dans les endroits clos et urbains et d’apporter un peu de fraîcheur.

Autre avantage d’une toiture végétalisée : la qualité de l’air est améliorée, de par l’absorption des polluants par les plantes situées sur le toit. Et la biodiversité est favorisée. En effet, une toiture végétalisée attire insectes et pollinisateurs, sans compter les divers oiseaux qui adorent s’y poser.

Mais installer un toit végétal à ses inconvénients. Le toit censé accueillir les végétaux doit avoir une inclinaison de moins de 20 degrés. Il doit également être assez solide pour soutenir un certain poids, selon le type de toiture choisie.

Et forcément, un toit (ou un mur) végétal ça s’entretient. Il est donc conseillé de vérifier l’état de ce dernier et son étanchéité deux fois par an. Mais aussi d’installer un système d’arrosage quotidien, et parfois même d’embaucher un professionnel pour entretenir les plantes.

Des toits végétalisés pour des villes plus durables

Une toiture végétalisée oui, mais à quel prix ?

Évidemment, une toiture verte extensive coûtera moins cher qu’un toit vert semi-intensif ou intensif. Pour la première option, il faut prévoir un budget de 25 à 70 euros le mètre carré. Pour la deuxième, entre 50 et 80 euros le mètre carré. Et enfin, pour la troisième option, entre 110 et 320 euros le mètre carré.

Forcément, le prix d’une toiture végétalisée dépendra des différentes plantes que l’on souhaite y mettre, et de l’esthétique recherchée.

Aujourd’hui, il est donc important et intéressant de végétaliser murs et toits de bâtiments commerciaux et industriels. Tant pour des raisons économiques, qu’écologiques ou encore pour des raisons de bien-être chez les employés et le grand public. Et après tout, chacun sera ravi de voir un peu de verdure apparaître dans les villes bétonnées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici