5 principes à respecter pour créer un jardin bio

0
créer un jardin bio

Vous en rêvez ou vous envisagez de créer un jardin bio ? Mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ou bien vous avez peur de mal faire les choses ? Gilles Dubus, auteur du Blog du Jardinier Bio  vous présente 5 principes à respecter pour créer votre jardin biologique.

Observer son environnement

L’environnement dans lequel nous jardinons nous livre de nombreuses informations essentielles pour la création d’un jardin bio.

Ainsi, la végétation existante témoigne de la richesse d’un sol (végétation bien verte, abondante, dense…) ou au contraire d’une certaine pauvreté (végétation parsemée, se développant mal, tendant à jaunir…).

Mais vous pouvez aussi facilement faire encore mieux connaissance avec la terre de votre jardin.De quels éléments (sables, limons, argiles) est-elle constituée ? Est-elle acide, neutre ou calcaire ?

Grâce à des tests simples à réaliser, et gratuits, vous connaîtrez les grandes caractéristiques de votre terre et serez alors à même de mettre en œuvre des pratiques culturales adaptées à ce sol.

Naturellement, dans la mesure du possible, vous choisirez les zones plus riches pour implanter un potager ou des arbres fruitiers. Vous observerez aussi peut-être des zones plus ensoleillées que d’autres.

En règle général, un potager devra bénéficier d’un bon ensoleillement, sauf éventuellement en période de canicule où les salades par exemple, préféreront un peu d’ombrage… mais on peut alors profiter de l’ombre créé par d’autres cultures plus hautes.

Un point d’eau naturel ((mare, puits, ruisseau) constituera également un atout majeur pour un jardin naturel. A défaut, sans doute devrez-vous envisager, par cohérence écologique, de récupérer les eaux de pluies afin de réduire la gaspillage d’eau potable.

Enfin, des haies ou autres végétations « sauvages » pourront non seulement vous fournir quantités de matériaux naturels pour couvrir, protéger et enrichir votre terre, mais elles serviront  d’abri à une faune utile et même éventuellement de protections contre des pollutions extérieures à votre jardin (champs traités, routes…). N’hésitez pas pour cela à ajouter des arbustes à croissance rapide pour bien protéger votre jardin.

Respecter la biodiversité

jardin bio

Étymologiquement « Bio » signifie vie. Jardiner bio implique par conséquent de respecter la vie sous toutes ses formes. En effet, vies animales, végétaux et même minéraux sont intimement liés.

Plus grande sera la biodiversité dans votre jardin, moins vous aurez de problèmes de ravageurs (les populations s’équilibreront d’elles-mêmes, naturellement) et même de maladies. Les animaux ont besoin de végétaux, d’eau ou de pierres pour certains, et de proies, pour vivre, se nourrir et se reproduire.

Aussi, en favorisant une diversité maximale au sein de votre jardin, vous favoriserez également une grande diversité animale et protégerez ainsi naturellement vos cultures.

Concrètement, conservez le plus possibles de plantes spontanées.

Semez et plantez des fleurs, des plantes aromatiques, des légumes, des arbres et arbustes de différentes tailles, à feuilles caduques et à feuilles persistantes, à période de floraison étalées dans le temps…

Grâce à cette diversité végétale, oiseaux et insectes utiles trouveront gîte et couvert dans votre jardin, et vous rendront naturellement bien des services (pollinisation, participation aux équilibres naturels des populations animales).

Conservez également (ou créez-en) des tas de pierres (qui abriteront des lézards ou couleuvres, très utiles dans un jardin…) ou encore des tas de branchages (le hérisson, également formidable auxiliaire du jardinier apprécie ce type d’abri).

De même, l’eau permettra non seulement à tous les animaux de venir s’abreuver, mais une mare, en particulier, abritera aussi des batraciens, qui réguleront les populations d’insectes…

Prendre soin de la terre

La terre est la base de tout dans un jardin bio. Grâce à une terre vivante et fertile, vos cultures, quelles qu’elles soient, seront vigoureuses et en bonne santé, plus résistantes aux attaques animales et aux maladies.

Pour obtenir une terre vivante, il convient avant tout de la respecter.

Ainsi, les outils rotatifs (motoculteur, motobineuse) sont à proscrire dans un jardin bio.

Aussi si vous devez travailler la terre (ce qui est souvent nécessaire tout au moins pour l’implantation du jardin), plutôt que d’utiliser ces engins néfastes pour la vie du sol (ils mélangent les différentes couches et font des dégâts considérables dans les populations animales y vivant), optez pour des outils respectueux du sol, comme la Grelinette.

Par la suite, votre rôle consistera principalement à enrichir votre terre, par des apports réguliers de matières organiques diversifiées.

De même, un paillage protégera non seulement le sol des intempéries, mais en se décomposant, il contribuera également à enrichir celui-ci.

organiser un jardin pour favoriser la biodiversité

Tenir compte des conditions météorologiques

Jardiner bio, c’est aussi tenir compte du temps qu’il fait. Par exemple, travailler la terre lorsque le sol est détrempé n’est pas une bonne chose. Car, en opérant ainsi, vous allez probablement former de grosses mottes, impossibles à affiner par la suite.

De même, évitez de planter des plantes annuelles dans un sol froid. La reprise aurait alors du mal à se faire, et vos cultures en pâtiront pour toute la saison (il en va différemment pour les arbres qui seront de préférence plantés en hiver, mais hors sol gelé).

Aussi, attendez que le sol soit suffisamment réchauffé pour mettre en place vos cultures au printemps (soyez patient quoi…).

Dans le même ordre d’idée, un paillage apporté trop tôt, sur un sol encore froid, empêchera ce dernier de se réchauffer correctement, nuisant par la même au développement des cultures (qui ont besoin d’une certaine chaleur du sol).

A l’opposé, si vous plantez en pleine canicule, les plants risquent de ne pas s’en remettre… En été, plantez le soir (la nuit qui suivra offrira des conditions plus propices à la reprise du plant).

Apprendre à s’écouter

Lorsque l’on jardine, nous sommes directement reliés à la Nature. Aussi, nous ressentons beaucoup de choses… Comme des animaux (que nous sommes…), notre instinct est plus développé lorsque nous avons les mains dans la terre et le nez au vent. Apprenons à écouter cet instinct primaire, animal.

Grâce à lui, vous saurez naturellement, si c’est le bon moment pour semer ou planter tel ou tel légume. Et vous prendrez les bonnes décisions pour un jardin luxuriant !

Allez, bon jardinage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici