Habitat durable

Conseils pour bien choisir son bois de chauffage

Conseils pour bien choisir son bois de chauffage

Après avoir publié l’étude de l’ADEME sur le marché du chauffage au bois domestique, dans laquelle elle mentionnait que le bois de chauffage séduisait de plus en plus de particuliers, il est important de connaître quelques notions importantes sur la nature du bois avec ces conseils pour bien choisir son bois de chauffage.

Quel type de bois choisir pour son chauffage?

Les bois mous tels les peupliers (tremble), les épinettes, le sapin, le cèdre, les pins etc. n’ont à peu près pas de valeur calorifique et ne sont bons que pour démarrer un feu. De plus, les résineux tels que les épinettes, sapin et pins dégagent lors de la consommation, des quantités importantes de gommes (résines) favorisant la formation de créosote dans la cheminée. Les bois francs durs sont donc recommandés comme combustible.

Dans quel état doit être le bois pour brûler correctement

Pour brûler correctement le bois doit être sec. Pendant la combustion du bois une grande partie de l’énergie produite est consacrée à chauffer et vaporiser l’eau (contenue dans le bois) dont la capacité thermique et la chaleur latente sont particulièrement élevées.

Chaleur latente : tous les corps purs sont capables de modifier leur état. Les solides peuvent devenir des liquides (glace en eau) et les liquides peuvent devenir des gaz (eau en vapeur), mais ces transformations nécessitent l’ajout ou le retrait de chaleur. La chaleur qui provoque ces transformations est appelée chaleur latente.

La capacité thermique (ou capacité calorifique) d’un corps est une grandeur permettant de quantifier la possibilité qu’a un corps d’absorber ou restituer de l’énergie par échange thermique au cours d’une transformation pendant laquelle sa température varie. C’est une grandeur extensive : plus la quantité de matière est importante plus la capacité thermique est grande. Toutes choses étant égales par ailleurs, plus la capacité thermique d’un corps est grande, plus grande sera la quantité d’énergie échangée au cours d’une transformation s’accompagnant d’une variation de la température de ce corps.

Le bois vert contient plus de la moitié de son poids en eau. Un bois en équilibre avec l’air ambiant (équilibre obtenu au bout de plus de deux ans pour des bûches non fendues) a un taux d’humidité de l’ordre de 20%. Les pellets et briques de bois compressé sont vendus à un taux d’humidité inférieur à 10%, qui, malgré une énergie grise nettement supérieure, leur donne un bilan écologique plus favorable, à condition d’être stockés dans un local particulièrement sec pour éviter toute reprise d’humidité.

L’énergie grise correspond à la somme de toutes les énergies nécessaires à la production, à la fabrication, à l’utilisation et enfin au recyclage des matériaux ou des produits industriels.

Pouvoir calorifique inférieur (PCI) du bois:

  • 1,7 kWh/kg à 60% d’humidité ;
  • 4,0 kWh/kg à 20% d’humidité ;
  • 4,4 kWh/kg à 11% d’humidité.

Ce pouvoir calorifique est indépendant de l’essence et même de la partie de la plante considérée (écorce comprise). Toutefois la densité du bois étant très variable, le pouvoir calorifique par unité de volume varie fortement, considération importante compte tenu du fait que le bois est en général vendu au volume.

La valeur calorifique d’un bois anhydre (parfaitement sec) est presque identique au poids, peut importe l’essence!

  • 17,1 btu/Kg pour le chêne
  • 17,3 btu/Kg pour le sapin et le bouleau

Mais comme le bois est vendu au volume communément appelé «stère» et non au poids et que les bois mous sont plus légers que les bois durs il faudrait un volume plus important de bois mou pour le même poids.

Valeurs moyennes pour :

Granules de bois : PCI : 4,4 à 4,6 kWh/kg Humidité sur brut : 5 à 10 % Masse volumique : 700 à 750 kg/m3

Copeaux forestiers : PCI : 3,3 à 3,9 kWh/kg Humidité sur brut : 20 à 30 % Masse volumique : 200 à 300 kg/m3

Écorces : PCI : 1,6 à 2,8 kWh/kg Humidité sur brut : 40 à 60 % Masse volumique : 250 à 500 kg/m3

La cause la plus probable si vous n’obtenez pas le rendement optimal de vos appareils provient de la qualité du combustible que vous utilisez. Un taux d’humidité de 20% et moins est indispensable pour obtenir l’efficacité et la combustion à basses émissions des appareils certifiés EPA (Environmental Protection Agency).

On constate une économie non négligeable du chauffage au bois comparé aux autres méthodes incluant l’électricité.

– Utilisez diverses essences de bois. Brûlez les bois tendres comme le pin, le peuplier et le tremble, au printemps et à l’automne car les températures demandées sont moindres.

– Le séchage du bois est bien plus important que l’essence. En effet, la présence d’eau dans le bois de chauffage absorbe énormément d’énergie lors de la combustion.

Les symptômes que vous observerez si votre bois est trop humide et inapproprié

  • Difficulté au démarrage et à l’accélération de la combustion
  • Grande quantité de fumée et peu de flamme
  • Vitre qui vient noire très rapidement
  • Création abondante de créosote
  • Peu de chaleur ressentie
  • Senteur de fumée à l’intérieur de la maison
  • Combustion de courte durée
  • Consommation excessive
  • Fumée très dense, blanche et grisâtre

Autrement dit, brûler du bois trop humide est désagréable et très nuisible pour l’environnement. Heureusement, ces problèmes ne sont pas sans solutions, en appliquant certaines règles de conduite lors de l’entreposage du bois, vous obtiendrez les belles performances qu’un bois sec peut vous offrir.

Il ne suffit pas de couper du bois et de le lancer simplement dans un tas pour qu’il sèche adéquatement. De bonnes techniques d’entreposage se doivent d’être appliquées. Du bois bien entreposé évitera la création de moisissure indésirable que vous ne voulez absolument pas transporter dans votre maison.

Pourquoi vous devriez acheter votre bois de chauffage au printemps?

Un bois bien sec ne contient pas plus de 20% d’humidité. Un bois avec de Ia sève (50% d’humidité et plus) bouille plus qu’il ne brûle donc par le fait même il perd de Ia valeur calorifique. Pour que le bois franc soit des plus efficaces, il doit être sec et ne pas posséder de sève. En achetant votre bois au printemps, vous êtes assurés d’obtenir un bois coupé en hiver, moment ou’ il n’y a pas de sève dans l’arbre.

Donc, un bois qui sera coupé l’hiver, n’aura aucune sève car cette dernière monte dans les arbres au printemps soit du mois d’avril à juin de chaque année. Si le bois est acheté, il est important de le débiter à la longueur désirée et le corder le plus rapidement possible afin d’accentuer le processus de séchage. Bien entreposé, ce bois sera prêt à être chauffé pour le mois d’octobre.

Conseils à suivre lors de I’achat de bois de chauffage

La quantité : Le stère (symbole st) équivaut à un mètre cube apparent dans le cas de bûches d’un mètre de long, soit un empilement de rondins ou de quartiers de bois d’un mètre de long dans un châssis délimitant un cube d’un mètre de côté.

On mesure sa circonférence à l’aide d’une ficelle portant des nœuds qui correspondent à des fractions du «pied». Toute erreur est élevée au carré dans le calcul du volume. La mesure courante du bois coupé reste la «corde» dont l’usage perdura au-delà de 1947. Il existe six types de corde auxquels le pied fournit les mesures de largeur et de hauteur. Seule la longueur est établie en mètre. Si l’une de ces dimensions varie, par exemple la longueur des bûches (qui donne la largeur de la corde empilée), ou la hauteur, la corde mesurera de 56 pieds cubes à 128 pieds cubes.

Le stère vaut 29 pieds cubes (1 pied = 0,324 84 m, 1 pied cube = 0,034 27 m3), c’est la quantité de bois que l’on peut mettre dans un cube d’un mètre de côté. En réalité, il existe plus 30% de vide dû aux interstices si bien qu’il faut 1,43 stère pour avoir un vrai mètre cube. Ce rapport dépend de l’essence, de la grosseur des bûches, de la proportion des bois droits ou tors.

Or les deux mesures, stère et mètre cube, ont chacune leur importance, la première sert à calculer l’encombrement pour le transport ou le stockage, tandis que la seconde indique la quantité de planches utilisables en menuiserie.

Longueur des bûches Coefficient multiplicateur (k)
1 m 1
50 cm 1,2
45 cm 1,30
40 cm 1,36
33 cm 1,43
30 cm 1,52
25 cm 1,67
20 cm 1,76

La tolérance pour les volumes est de + 5%. Si on prend 5 stères coupés en 1 m, ils occupent 5 m3 en volume. En reprenant ces 5 stères et en les recoupant en 50 cm, le volume occupé n’est plus que 4 m3 (5/1.25) alors qu’il y a toujours 5 stères de bois!.
En fait, comme les bûches sont plus courtes, il y a moins d’espaces libres entre les bûches, ce qui explique cette différence de volume occupé alors que la quantité de bois est identique.

Entreposage du bois de chauffage : comment le conserver et pour quelle durée?

La meilleure façon de bien faire sécher votre bois est de le déposer sur des planches ou des palettes et de le placer le long d’un mur en ne dépassant pas la hauteur de 5 pieds. En effet, le danger d’affaissement s’accentue avec la hauteur du cordage. N’oubliez pas qu’un cordon de bois franc pèse plus d’une tonne.

Le soleil et le vent sont vos alliés les plus précieux pour récolter le maximum de quantité de chaleur de vos stères de bois. Il faut donc corder le bois en rangée espacée pour permettre au vent et au soleil de faire du bon travail. Le soleil s’occupe de l’évaporation de l’eau à l’intérieur du bois et le vent balaye cette humidité au loin. De préférence, gardez le bois cordé dans les grands champs tout l’été et ensuite entreposez-le à l’abri avant les grandes pluies de l’automne.

Certaines essences de bois plus dense nécessitent une période de séchage plus longue. Nous vous recommandons donc de toujours avoir suffisamment de bois pour un an d’avance. Le bois sera laissé à l’extérieur pour sécher où a l’intérieur avec un déshumidificateur. À l’extérieur, il sera recouvert d’une bâche mais seulement sur le dessus pour le laisser respirer et sécher sinon, il gardera son humidité et il peut même aller jusqu’a pourrir.

Tous les bois sont susceptibles de contenir différents types de bestioles. Si vous avez des craintes, vous pouvez y asperger légèrement de l’insecticide lorsque vous entrez le bois à l’intérieur. Des champignons sur le bois peuvent également causer des désagréments à ceux qui ont des allergies.

Quel bois utiliser pour l’allumage?

Comme nous le disions plus haut, certains bois ne donnent pas beaucoup de chaleur calorifique (tremble, épinette), mais représente une excellente forme de bois d’allumage. Vous pouvez aussi utiliser le bois de l’année précédente car ce bois est devenu, avec le temps, un bois très sec. Vous pouvez aussi utiliser des morceaux de bois franc qui viennent en poche. Ceux-ci sont des résidus du domaine de la construction.

1 commentaire

  • Tout cela est très intéressant. J’avoue que je ne connaissais pas toutes les propriétés du bois ainsi que ces différences. C’est très clair désormais et je mettrai ce que j’ai appris à profit.

Laisser un commentaire