Les Oyas : avantages et comment les fabriquer soi-même?

0
oyas

L’été est là, et avec lui viennent les départs en vacances et les sécheresses ! Si vous cherchez des solutions pour faire des économies d’eau et que vous aimez faire du DIY, vous êtes au bon endroit. Si vous avez prévu de partir en vacances quelques jours, les Oyas sont une solution idéale pour arroser le jardin de manière écologique et économique.

Découvrez que sont les fameuses Oyas et quels sont leurs avantages, puis amusez-vous à fabriquer votre Oya maison avec notre tutoriel.

Qu’est-ce qu’une Oya ?

Les Oyas sont des jarres en argile ou en céramique microporeuse. Enterrées ou « plantées » dans le sol, elles permettent une diffusion lente de l’eau dans la terre. Cette technique d’irrigation a entre 2 000 et 4 000 ans et était utilisée en Chine antique. Les Oyas sont dotées de couvercles pour éviter l’évaporation de l’eau.

Comment ça fonctionne ?

Une fois installée dans le sol, l’Oya libère petit à petit les molécules d’eau qui traversent l’argile ou la céramique microporeuse. C’est le principe de la capillarité qui fait fonctionner ce système d’irrigation. En effet, lorsque la terre ou les racines sont sèches, elles absorbent l’eau qui se diffuse lentement et sans déperditions d’évaporation puisque ce n’est pas en surface. Il s’agit donc de les remplir d’eau et de les enterrer ou planter au pied des plantes que l’on souhaite irriguer.

Voici en vidéo plus de détail sur le fonctionnement des Oyas :

Quels sont les avantages des Oyas ?

Ce système d’irrigation comporte de nombreux avantages que nous détaillerons en suivant :

  • Économique : avec ce système, vous remplissez vos Oyas beaucoup moins fréquemment que si vous arrosiez. Par exemple, une Oya de contenance de 3 L peut-être remplie tous les 6 à 8 jours selon le type de sol et le climat. Vous gagnez du temps et vous économisez de l’eau ! On considère que l’économie d’eau varie entre 50 et 60 %.
  • Écologique : l’Oya est fabriquée en argile ou en céramique, aucune chance pour qu’elle libère des microplastiques ou autres indésirables dans votre potager. De plus, l’eau est une ressource qui devient de plus en plus rare et les économies réalisées sont bénéfiques pour la planète.
  • Un meilleur arrosage pour nos plantes : le fait d’arroser les plantes en profondeur pousse la plante à enfoncer ses racines plus profondément dans le sol. A contrario, lorsque l’on arrose en surface, les racines ne plongent pas beaucoup. Des racines plus profondes présentent de nombreux avantages ; d’abord elles donnent plus de stabilité à la plante qui sera moins susceptible au vent et ensuite, en cas de sécheresse, elles sont plus capables d’aller chercher elles-mêmes de l’eau en profondeur dans le sol. L’arrosage en profondeur offre aussi l’avantage de ne plus mouiller le feuillage, et donc d’éviter certaines maladies. Cette solution est idéal pour l’arrosage de vos tomates!
  • Moins d’indésirables : l’eau ne ruisselant plus en surface vous avez moins de risque de voir proliférer les adventices.
  • Une parfaite adaptation au terrain, à la météo et à vos plantes : plus la terre est saturée en eau, par exemple s’il vient de pleuvoir, et plus l’écoulement est lent. L’usage de l’eau est donc totalement optimisé et ne se fait qu’au moment où votre plante en a besoin. De plus, l’eau est mise à température du sol avant d’être absorbée par la plante, il n’y a pas de chocs thermiques pour les racines.
  • Idéal pour toutes vos cultures : ce système d’irrigation peut être décliné tant pour votre potager, votre jardin d’ornement, que votre verger. Que vos plantes soient en pots ou en pleine terre, il existe une Oya adéquate. Le tout étant d’adapter la taille du pot et d’opter pour des Oyas enterrées ou à planter selon votre contexte.

Comment fabriquer ses propres Oyas ?

fabriquer ses propres Oyas

Les outils et matériaux dont vous aurez besoin

Avant de commencer, réunissez tout le matériel qui vous sera nécessaire à la fabrication de votre Oya. En l’occurrence, pour une Oya :

  • 1 pot en terre cuite non émaillée ou en céramique. Choisissez le diamètre en fonction des besoins en haut de la plante que vous souhaitez équiper. Exemple, pour un pied de tomate cela peut-être un pot de 15 cm de diamètre. Cela représente une capacité de contenance d’environ 1,2 litre.
  • 1 soucoupe en terre cuite ou une assiette au diamètre adapté à la taille de votre pot.
  • 1 bouchon en liège (de bière de préférence ou de vin)
  • 1 cutter
  • 1 petite pelle
  • un peu de paille

Les étapes de fabrication

La fabrication de sa propre Oya est relativement simple et ne demande pas de compétences particulières. Si vous êtes un peu maladroit, pensez tout de même à enfiler une paire de gants, notamment au moment de l’utilisation du cutter.

  1. Etanchéifier le pot de terre cuite : Commencez par boucher le trou d’évacuation qui se situe au fond de votre pot en terre. Pour cela, enfoncez le bouchon de liège de l’intérieur du pot vers l’extérieur. Il faut que le bouchon sorte d’au moins un quart à l’extérieur du pot. Le bouchon doit parfaitement étanchéifier le trou, il est préférable d’en choisir un un peu trop grand et de forcer pour le faire rentrer en le tournant. Une fois qu’il est placé, ne plus le sortir, car vous risqueriez de débiliter l’étanchéité.
  2. Vérifier l’étanchéité : Pour vous assurer que le pot est étanche, remplissez le pot jusqu’à recouvrir le haut du bouchon et laissez reposer toute une nuit. Il est possible qu’un peu d’eau ait fui, mais une fois le bouchon imbibé, il gonflera et rendra le tout totalement étanche.
  3. Implanter l’Oya : Le moment est venu d’implanter votre Oya. Choisissez son emplacement en tenant compte du fait qu’il irrigue environ 1.5 son diamètre. Ici, avec un pot de 15 cm on pourrait irriguer dans un périmètre de 23 centimètres. Évitez de positionner votre Oya sur une allée de passage, car le couvercle risquerait de casser.
  4. Mise en place de l’Oya : Enterrez votre pot en laissant dépasser une paire de centimètres hors du sol. De cette manière, vous pourrez enlever votre Oya à votre aise et le couvercle sera positionné de manière étanche. Positionnez le pot pour qu’il soit plan et bien maintenu de tous les côtés. Pour cela, n’hésitez pas à rabattre la terre que vous avez enlevée en creusant.
  5. Remplir d’eau : Une fois que votre Oya est installée, vous n’avez plus qu’à la remplir d’eau et la recouvrir avec la soucoupe ou l’assiette. Il est conseillé de pailler tout autour de votre Oya ainsi qu’au-dessus. Vous pouvez ainsi garder la terre humide plus longtemps, limiter le phénomène d’évaporation et donc espacer le remplissage.

Quelques réponses à vos interrogations

Puis-je partir tranquillement en vacances sans me soucier de l’arrosage de mon potager ?

Oui ! À condition que vous ne partiez pas plus de 8 jours. Dans le cas contraire, demander à un voisin de venir remplir votre Oya une fois par semaine, c’est largement suffisant.

Est-ce que l’eau stagnante va attirer des moustiques ?

Le fait que votre Oya soit dotée d’un couvercle permet d’éviter la ponte de moustiques ou autres insectes. Il n’y a donc aucun risque de ce côté-là, tant que votre couvercle est bien hermétique. Pour éviter leur prolifération veuillez plutôt vous tourner vers des plantes naturelles aux vertus anti-moustique.

Est-ce que ça ne risque pas de geler en hiver ?

En principe, toutes les Oyas peuvent résister jusqu’à -2 °C. Si toutefois les températures venaient à descendre plus, nous vous conseillons de ne pas les remplir pendant la période à risque. L’hiver, on a souvent moins de plantes au jardin et moins de besoins en arrosage donc cela ne pose pas de problème.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici